Ces habitants de Caen veulent sauver les arbres du futur tramway

Le passage de la future ligne de tramway nécessitera l’abattage d’une centaine d’arbres, rue du Chemin-Vert, Caen (Calvados). Les citoyens s’y opposent.

Écrit par Nicolas Claich

Publié le 19 sept. 22 à 16:44

Des arbres vieux de plus de 50 ans

Dimanche 18 septembre 2022, au lendemain d’une réunion publique animée avec le maire de Caen (Calvados), Joël Bruneau, des arbres ont poussé près de la rue du Chemin-Vert, dans le quartier du même nom. Ce sont des riverains, membres de nombreuses organisations, qui les ont sollicités. Voir l’article : Hérault. La Métropole de Montpellier et la Vallée de l’Hérault disent oui. « Nous voulons mettre en avant le rôle et les bienfaits des arbres dans la ville », ont-ils expliqué. Essayer de s’en débarrasser est une nuisance environnementale ! »

Le projet d’extension du réseau de tramway, avec deux nouvelles lignes, prévoit d’utiliser cette rue pour desservir le quartier du Chemin-Vert. Le problème : la voie de circulation des transports en commun – montante et descendante – fait 32 mètres de large, quais compris, selon les premiers plans présentés. Il va donc falloir abattre les arbres pour que le tram puisse passer…

Le maire dit que c’est une haie nationale, mais ce sont des arbres dont certains ont entre 50 et 70 ans, on en a compté 72 entre le croisement avec le boulevard Dunois et la rue de Secqueville…

Au total, une centaine d’arbres devraient être abattus. « Ils sont importants pour la biodiversité », ajoute un autre habitant, qui s’inquiète « des bûcherons qui arrivent un matin sans prévenir, comme place de la République. On a des chouettes effraies dans les branchages ».

Voir l’article :
En présence de François Commeinhes, Maire de Sète et de Kléber Mesquida,…

Bientôt la concertation…

Au-delà de l’abattage d’arbres, qui va à l’encontre du langage de la municipalité sur la végétalisation et la débitumisation de l’espace public, selon eux, les membres des organisations de quartier s’interrogent sur l’importance de la voirie. « Les arbres et la piste cyclable, les meilleurs en ville, le parc de Secqueville et l’équipe de l’école, ils en prennent soin. A voir aussi : Inhabituel. Pourquoi la ligne de tramway de Grenoble a-t-elle disparu pendant 35 ans ?. Le maire dit qu’ils vont replanter, mais jusqu’à ce que ça pousse… »

Un comité de riverains a également recensé les autobus empruntant ce trajet, aux heures de pointe. Ils ont conclu que la fréquentation ne justifie pas une nouvelle ligne de tramway. Ils ont dit : « Cette zone est bien desservie par les bus.

Autre point présenté par les organisations : la faisabilité financière du tramway électrique, à l’heure où le prix de l’énergie explose. « Des suppositions ont-elles été faites ? ». Autant de questions qu’ils comptent poser lors de la consultation publique, qui débute le 30 septembre. Une « marche d’étude » sur la route est prévue le samedi 12 novembre. « Nous y serons ! « , ils ont décidé.

A voir aussi :
Pas de funiculaire, pas de tram, juste quelques bus : le réseau…