L’Allemagne teste le ticket mensuel à 9 euros pour les transports en commun

La mesure, en vigueur depuis le 23 mai, devrait inciter les Allemands à adopter les transports en commun, alors que les prix de l’essence augmentent et que le pays vise à réduire sa dépendance aux hydrocarbures russes.

L’Allemagne a adopté le « ticket à 9 euros » vendredi 20 mai, après des semaines de pourparlers houleux. A partir du lundi 23 mai, tous les voyageurs pourront utiliser les transports en commun – réseaux urbains et trains régionaux – pour le prix unique de 9 euros par mois. La mesure est prévue pour trois mois.

Exception notable au fédéralisme allemand, qui prévoit que les Länder sont seuls compétents en matière de transports publics : la mesure proposée par l’Etat fédéral s’applique dans toutes les régions, au même prix. On estime que cela coûtera au contribuable au moins 2,5 milliards d’euros.

Le but affiché est de persuader les automobilistes de laisser leur voiture au garage, dans un contexte de forte hausse du prix du pétrole. Surtout : depuis le début de la guerre en Ukraine, Berlin a redoublé d’efforts pour réduire la dépendance du pays vis-à-vis du pétrole et du gaz russes. Le ministre de l’Economie écologique Robert Habeck, en charge du dossier, a multiplié les appels à la population pour réduire sa consommation d’énergie. Cela devrait être facilité par une meilleure accessibilité aux transports publics.

Rééquilibrage

Rééquilibrage

En fait, le projet est aussi une correction de dernière minute pour compenser une autre mesure bien plus controversée : la remise accordée aux automobilistes sur le prix des carburants à la pompe. Défendue par le parti libéral FDP, elle avait suscité la colère du parti écologiste, son alliance avec les sociaux-démocrates au sein du gouvernement de coalition au pouvoir, qui refusaient de subventionner ainsi les énergies fossiles. Voir l’article : Quel est le salaire d’un taxi parisien ?. Le gouvernement a accepté un rééquilibrage : le ticket à 9 euros se veut aussi une aide ciblée aux usagers des transports en commun face à l’inflation.

Reste à savoir quel impact aura la mesure sur le trafic routier. Le projet a été critiqué par plusieurs régions ces dernières semaines, arguant que ce ticket créerait des effets principalement spéculatifs et creuserait un trou dans les finances publiques, sans effet garanti sur le comportement des conducteurs. Sans compter les conséquences effrayantes de l’encombrement des transports publics, dont la capacité n’a pas augmenté. La Deutsche Bahn, une entreprise publique qui exploite de nombreuses lignes urbaines et régionales, est déjà connue pour ses retards et accidents systémiques, en particulier pendant les mois d’été, qui ont déjà tendance à décourager ceux qui choisissent le train.

Une chose est sûre : le ticket à 9 euros est l’une des mesures gouvernementales les plus débattues ces dernières semaines, jusqu’à ce qu’il devienne la marque de fabrique du débat sur les économies d’énergie. Preuve, s’il en était besoin, que les mesures visant à améliorer les transports en commun au pays de la soude ne manquent pas de l’adhésion de la population.

Cécile Boutelet (Berlin, correspondance)

Vous pouvez lire Le Monde sur un appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Parce que quelqu’un d’autre (ou vous) lit Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (PC, téléphone ou tablette).

Comment arrêter de voir ce message ?

Cliquez sur «  » et assurez-vous d’être la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

Et si vous continuiez à lire ici ?

Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera attaché à ce compte.

Non. Vous pouvez vous connecter à votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais les utiliser à des moments différents.

Vous ne savez pas qui est l’autre personne ?

Nous vous recommandons de changer votre mot de passe.

RN164 : Un lieu où se trouvent les transports en commun
Sur le même sujet :
En Région Bretagne, où de nombreux élus de la majorité et certaines…