Agglo de Rochefort : les élus de l’ex-Sud Charente ne se prononcent pas sur les transports scolaires

Par David Briand – d.briand@sudouest.fr Publié le 24.06.2022 sur 21h06.

Alors que les bus vont remplacer les bus de la ligne I, les élus de la rive gauche de la Charente n’ont pas réussi à les convaincre de conserver la même qualité de service moyennant une rallonge budgétaire

Depuis plusieurs années, ce sujet qui divise est la question qui divise le plus les 58 élus qui siègent à l’Agglo : comment conduire collectivement pour les jeunes et les lycéens ? La justice a tranché l’affaire en avril dernier : le tribunal administratif de Bordeaux s’est appuyé sur la loi autoroutière qui stipule que « dans les véhicules de transport en commun pour enfants, des enfants s’assoient pour leur interdire de monter dans les bus. Mais seule la ligne I (qui circule…

Depuis plusieurs années, ce sujet qui divise est la question qui divise le plus les 58 élus qui siègent à l’Agglo : comment conduire collectivement pour les jeunes et les lycéens ? La justice a tranché en avril dernier : le tribunal administratif de Bordeaux s’est appuyé sur la loi autoroutière qui stipule que « dans les véhicules de transport en commun pour enfants des enfants s’assoient pour leur interdire de monter dans les bus ». Mais seule la ligne I (qui passe par une voie Rochefort/Port-des – Triangle Barques/Saint-Agnant) est concernée : il s’agit de la ligne visée par un parent d’élève de Soubise qui avait porté plainte contre Agglo.

La justice a exigé de régulariser la situation avant la rentrée prochaine. C’est dans ce contexte que les élus devaient valider jeudi 23 juin un avenant à la convention de délégation de service public (DSP) entre Caro et Transdev qui exploite le réseau R’Bus.

Le délégué avait proposé trois scénarios : Ce n’est pas en plénière, mais lors d’une réunion au bureau communal (1) le 5 mai que l’un d’entre eux a été validé. Cela se traduit par la mise en place de quatre bus supplémentaires, avec pour contrepartie : moins de rotations (un aller-retour quotidien par ligne pour le collège de Saint-Agnant et un aller-retour pour les lycées de Rochefort et suppression de 7 arrêts). Pour un surcoût de 140 000 euros.

« Le scénario du pire »

« Le scénario du pire »

Une élection qui n’a pas reçu l’aval de Lionel Pacaud, le maire de Soubise, qui la dépeint comme « le scénario du pire », renforcé par « les vives réactions des parents d’élèves ». Il a demandé l’application pendant un an du scénario qui permettait de rester à la même qualité de service (avec un surcoût de 205.000 euros), le temps que « des travaux matériels soient réalisés ».

Rémi Letrou (opposition, Rochefort) a soutenu Lionel Pacaud, estimant que « ça fait presque cinq ans qu’on alerte » sur l’affaire, tout comme Eric Authiat (Tonnay-Charente) qui se dit « gêné depuis le début »: « C’est sur la sécurité des enfants et l’application de la loi sur la circulation, dit-il. Voir l’article : Toulouse. Voici les dix grands plans de transport en commun suivants : ce qui va changer.

transports : qui change dans le réseau de bus de Soissons à la rentrée
Sur le même sujet :
Comment fonctionne Île-de-france mobilité ? Comment c’est? Un site internet et une…

« Peu d’enfants impactés »

Comme toujours lorsque la sécurité des transports scolaires est remise en cause, le président Hervé Blanché a rappelé que les enfants « n’ont jamais été en danger ». De son côté, Claude Maugan (Échillais) a souligné que « peu d’enfants étaient concernés par la perte des arrêts », un élément à mettre en parallèle avec les « coquettes sommes » à verser pour conserver ces arrêts. Le vice-président en charge de la mobilité Didier Portron (Moëze) a indiqué qu’un autre élément devait également être pris en compte : « la difficulté de recruter des chauffeurs de bus ».

Ridiculisé par Rémi Letrou pour son manque de « volonté politique » de maintenir ce service public, Hervé Blanché a répondu que ces propos étaient « faciles » à dire : « J’accepte de mettre des bus de Port-des-Barques à Rochefort tous les quarts d’heure ! » Quand un brin d’ironie est passé, il a réaffirmé que les ressources financières d’Agglo étaient limitées, à l’exception d’une forte augmentation de la fiscalité. Ceci pourrez vous intéresser : Grève RATP et SNCF : de légères perturbations dans les transports en commun d’Ile-de-France ce lundi.

Toujours est-il que la DSP se termine en 2024, des négociations pour en lancer une prochaine seront bientôt lancées : la question de ne mettre que des bus pour le transport scolaire reviendra sur la table.

(1) Il est composé du Président, des 14 Vice-Présidents, des 3 délégués communautaires et des maires invités

Bientôt, les deux tiers des déplacements en transports publics seront électriques
A voir aussi :
Posté sur Mercredi 24 août 2022 – 17h05 Le retour des transports…