Mobilité : le casse-tête de la circulation dans le bassin annécien – GROUPE ECOMEDIA

Grand Annecy vient de lancer son dispositif Mobil’été. Mais l’agglomération a encore du pain sur la planche pour surmonter ses défis en matière de déplacements.

Grand Annecy vient de lancer son dispositif Mobil’été. Mais l’agglomération a encore du pain sur la planche pour surmonter ses défis en matière de déplacements.

Accès gratuit au réseau de bus jusqu’au 31 août 280 vélos à assistance électrique dans 48 stations, 14 places de parking gratuites supplémentaires… : Le dispositif de mobilité, mis en place il y a quelques jours par les élus, doit être une « mesure forte pour consolider la territoire du Grand Annecy. A voir aussi : Comment devenir taxi social ?. comme dans la Genève française) … considèrent qu’il est contre-productif d’opposer les modes entre eux et illusoire de chasser complètement les voitures des villes.

Car dans un territoire géographiquement restreint, qui attire en permanence de nouveaux habitants (générant des déplacements, etc.), faciliter la mobilité est encore plus difficile qu’ailleurs. Illustration du niveau des transports en commun. Le réseau de bus (Sibra) ne peut desservir toutes les communes du Grand Annecy – et encore moins toutes les dix minutes – faute de moyens suffisants. Leurs recettes commerciales ne représentent qu’un tiers du budget nécessaire à sa fonction, le reste est financé par l' »Agglo » (allocation annuelle) et par les entreprises via le « Mobility Payment » (VM).

En bref : augmenter le nombre de bus ne peut se faire qu’en augmentant la fiscalité des entreprises… un sujet qui a déjà fait l’objet de vifs débats en 2018. De plus, même si Sibra dispose des fonds nécessaires, un réseau de transport commun n’est que très efficace. s’il capture un nombre minimum d’utilisateurs. Challenge également au niveau des voitures. Il est techniquement possible de limiter leur accès au centre-ville – c’est déjà le cas – mais le problème ici est que les contournements sont rendus plus compliqués par la présence du lac et des montagnes.

Parking pour d’autres ?

Autre élément de l’équation : la facilitation de la mobilité passe également par des aménagements de parking et d’équitation adaptés. La cession du terrain à des usagers qui ne sont pas ses habitants n’est cependant pas toujours bien accueillie par une commune. N’a-t-il pas fallu avec la création de la commune nouvelle d’Annecy (fusion de six communes, 2017), jusqu’à ce que diverses barrières tombent au cœur de l’« Agglo » ? Enfin, on peut agir à l’échelle de la zone d’habitation, interférant avec les découpages administratifs et la répartition des pouvoirs entre les différents acteurs.

Ainsi, en 2021, la collectivité des Sources du lac d’Annecy (qui couvre la pointe sud du lac) a décidé de laisser la compétence « Transport » sur son territoire à la région. Ceci pourrez vous intéresser : PRATIQUE : Les transports en commun en milieu rural, le désert français !. Résultat : « Nous n’avons plus aucun contrôle sur notre sort », regrette par exemple Hervé Bourne, maire de Lathuile, qui redoute l’isolement du bout du lac et la baisse de son attractivité. A défaut d’une offre de transport unique, il faudra donc miser sur une coordination optimale entre les deux acteurs…

Chaque matin, Enora, commerçante à Annecy, se rend au parking des Marquisats sur les hauteurs de Saint-Jorioz (commune de la rive ouest du lac) puis pénètre dans le centre-ville. Cet été, le stationnement payant la tracasse. Prend l’autobus? « Si c’est pour vous de vous retrouver au milieu des voitures… », dit-elle. A terme, cette Cisjordanie doit bénéficier de transports en commun sur l’ensemble de son site… à condition que cela soit techniquement faisable et que les expropriations nécessaires ne fassent pas monter le projet.

Le centre d’Annecy pourrait construire un tramway : un projet qui coûte plus de 730 millions d’euros, pour lequel des études sont en cours et qui doit être voté dans un an. En attendant, mobilité ou pas, dans le Grand Annecy, la mobilité reste un casse-tête majeur.

À lire également :

A voir aussi :
Le plan Good Move du gouvernement bruxellois a été massivement contesté par…