« Atlas de la mobilité » : Les Français parcourent en moyenne 50 kilomètres chaque jour

L’Atlas des mobilités par la fondation écologiste allemande Heinrich Böll vient de paraître. Ce document relate comment la démocratisation des moyens de transport a eu un impact considérable sur la pollution atmosphérique, et présente des solutions pour une mobilité alternative.

Sur le même sujet :
Dans certaines régions, il devient de plus en plus difficile de trouver…

34% des émissions polluantes françaises sont liées aux transports

La mobilité est au cœur de nos vies pour aller travailler tous les jours, faire les courses, se divertir ou lors de nos déplacements. L’Atlas de la mobilité en France et en Europe est édité par la fondation environnementale allemande Heinrich Böll, qui a un bureau et une équipe à Paris. Cet atlas se compose d’une soixantaine de pages, de faits et de chiffres significatifs. Lire aussi : En Allemagne, transports en commun illimités pour 9 € par mois. Une attention particulière est portée, par exemple, à l’explosion du nombre de kilomètres parcourus. En 1800, un individu parcourait en moyenne 5 kilomètres par jour contre 50 kilomètres en 2022 pour le même nombre de trajets moyens.

L’invention des voitures et des avions a évidemment été remise en question. Si on va plus vite et plus facilement, le revers de la médaille reste le poids écologique du secteur des transports. Aurélien Bigo, l’un des auteurs de cet atlas et chercheur sur la transition énergétique des transports, souligne le rôle primordial des transports en matière de pollution de l’air : « Au niveau de l’Union européenne, les transports représentent 28,5 % des émissions totales. En France, si l’on inclut les transports internationaux, ce chiffre s’élève à 34 %. Ainsi, un tiers des émissions françaises sont liées aux transports et à une forte dépendance au pétrole. L’enjeu sera donc de réduire la consommation de pétrole pour des raisons climatiques, de santé publique et géopolitiques. » Pour l’instant, la France n’est pas en mesure de le faire, car les émissions du secteur des transports stagnent depuis quinze ans.

La métropole veut plus de logements et de transports en commun
Sur le même sujet :
Face aux partis en lice à la veille du lancement de la…

La mobilité de demain doit être plus sobre et associée à des énergies et des modes de déplacements alternatifs

Si le développement de l’électricité doit accélérer la décarbonation du secteur, cela risque de ne pas suffire. En effet, si l’on parle de plus en plus de sobriété, il faudra qu’elle s’applique aussi à nos déplacements : « chaque citoyen doit réduire les kilomètres parcourus grâce au mode de vie plus proche de chez lui ». Pour cela, nous pouvons utiliser d’autres modes de transport que la voiture, comme la marche, le vélo ou les transports en commun. Ceci pourrez vous intéresser : Comment faire prendre conscience aux jeunes qu’ils utilisent les transports en commun ? En facilitant l’achat d’une carte…. Nous devons allier progrès technologique et modération collective au quotidien pour atteindre nos objectifs climatiques. » La mobilité de demain est donc une mobilité plus sobre associée à des énergies et des modes de déplacement alternatifs.

Selon Olivier Razemon, journaliste indépendant et auteur de cet atlas, tout cela doit s’accompagner d’un nouvel aménagement du territoire : « Dans les zones périurbaines et à la campagne, la population augmentant plus vite, des moyens de favoriser les déplacements en voiture individuelle se dessinent. développé. » En ville, l’usage de la voiture doit être réduit en favorisant les pistes cyclables et en limitant l’étalement des zones urbaines. Les villes ne doivent pas continuer à s’étendre.» En effet, le développement des mobilités actives, comme le vélo ou la marche, n’est pas seulement un enjeu environnemental mais aussi un enjeu de santé publique. Le vélo réduit de 20 à 50% le risque de diabète. sens, une activité physique régulière réduit de 30% le risque de maladies cardiovasculaires La transition dans le secteur des transports est un défi colossal aux conséquences économiques et sociales importantes Le secteur automobile représente 900 000 emplois directs et indirects en France, donc 370 000 emplois pourraient être perdus résultat de la transition d’ici 2050 , estiment les experts du projet Shift.

Ce soir nous publions #AtlasdesMobilitiesU 23 chapitres écrits par 17 experts, Atlas prend en compte les faits et chiffres sur nos mobilités en France et en Europe et les solutions pour les rendre durables, équitables et inclusives. ➡️https: //t.co/QjemoTOIIP

– Heinrich-Böll-Stiftung Paris, France (@boellfrance) 20 juin 2022

Retrouvez 3 minutes pour la planète

A voir aussi :
Le 13 septembre, les élus de la Communauté de communes du Briançonnais…

Quels sont les avantages d’un vendeur de voiture ?

Le vendeur de voitures débute sa carrière avec environ 1 500 euros bruts. Elle reçoit généralement une part des bénéfices de ses ventes. Un vendeur plus expérimenté peut gagner jusqu’à 3 000 € brut. Son évolution de carrière peut l’amener à encadrer une équipe commerciale ou à devenir responsable d’agence.

Quelle est la commission d’un concessionnaire automobile? En moyenne, la commission complète sera comprise entre 100 € et 300 € selon le véhicule vendu et le nombre de ventes supplémentaires réalisées par le vendeur. Voir l’article : Quelles sont les motos qui consomment le moins ?. Un bon vendeur avec plusieurs années d’expérience réalisera en moyenne entre 15 et 20 ventes de voitures neuves par mois au showroom BodemerAuto.

Quel est le salaire d’un commercial automobile ?

Le salaire moyen d’un attaché commercial pour débutant dans le secteur automobile est d’environ 2 000 euros. Ce salaire est constitué d’une partie fixe, à laquelle s’ajoutent des commissions sur les ventes conclues.

Quel est le rôle d’un vendeur automobile ?

Représentant d’une grande marque dans une industrie ou une concession, il est au contact des clients, qu’il s’agisse de faire des recherches à domicile ou de conseiller sur le point de vente. Il connaît parfaitement les modèles neufs ou d’occasion et sait trouver les arguments qui séduiront le client.

Quel est le nombre de voitures circulant sur la planète ?

Selon une étude réalisée il y a quelques années par le magazine spécialisé Wards Auto, il existe 1,42 milliard de voitures dans le monde. De ce nombre, 1,06 milliard sont des voitures particulières et 363 millions sont des véhicules utilitaires.

Quel est le nombre de voitures ? Au 1er janvier 2021, le parc automobile est composé de 38,3 millions de voitures particulières, 5,9 millions de véhicules utilitaires légers (VUL), 600 000 poids lourds et 94 000 bus en circulation.

Quelle voiture circule le plus en France ?

On pense tous à Clio, Mégane, 208, 308 et compagnie. Vous savez très bien que ce sont vraiment les modèles qui sont parmi les plus courants.

Quel pays utilise le plus la voiture ?

# État Années de pointe
Le monde 2017
1 cinéma 2017
2 États-Unis 1999
3 Japon 1990

Quelle part des trajets en voiture et réalisé dans un rayon de 3 km ?

En France, 1 trajet en voiture sur 4 fait moins de 3 km*. En zone urbaine, cette part est encore plus élevée : 4 trajets en voiture sur 10 font moins de 3 km**. Ces & quot; courts & quot; représentent près de 10 % de la distance totale parcourue par la voiture.

Quelle est l’occupation moyenne de la voiture ? L’occupation moyenne de la voiture est donc de 1,4 à 1,7 personnes pour les déplacements familiaux et atteint 1,6 à 2 pour les déplacements de loisirs (IEA, 1997).

Comment calculer le trajet en voiture ?

Comment calculer le temps de trajet ? Pour calculer le temps de trajet, utilisez la formule suivante : distance / vitesse. Par exemple, si vous voulez parcourir 450 km et que vous êtes plus rapide que 100 km/h, calculez 450/100 = 4,5. Il vous faudra 4h30 pour parcourir une distance de 100 km/h.

Quelle sera la mobilité de demain ?

Mobilité de demain : pourquoi en parler ? Les nouveaux services de mobilité dynamisent l’ensemble de l’écosystème d’acteurs. Acteurs historiques des transports, pouvoirs publics, nouveaux entrants, qu’ils soient géants de la technologie ou start-up spécialisées, devront à l’avenir s’accorder sur des services communs.

Quelles sont les mobilités douces ?

La définition de la mobilité douce en termes de transport est large : elle inclut les modes de mobilité dits « actifs », qui n’utilisent que l’énergie humaine (marche, vélo, trottinette, etc.), mais aussi tout moyen de mobilité, collectif ou individuel . , contribuant à la réduction des émissions de CO2.