Ecologie : oui, la nouvelle secrétaire d’Etat se classe mal parmi les députés à l’environnement

Certains des choix faits par Elisabeth Borne et Emmanuel Macron pour former un nouveau gouvernement ne concordent pas. Pour son second mandat, le président avait annoncé qu’il renforcerait la protection de l’environnement, notamment en nommant le président « en charge de la planification environnementale ». Et la formation de la Branche Transition écologique laisse beaucoup à désirer.

Dans le correctif de cette semaine, c’est le nouveau secrétaire national à l’Ecologie qui a été critiqué. Bérangère Couillard, députée de la 7e circonscription de Gironde, selon les internautes, n’a rien à voir avec cet article. Plusieurs dossiers tournent autour de ce que lira tantôt le 602e, tantôt le 594e député sur l’intégration écologique. Mais d’où vient ce poste ? Que retenir ? 20 Minutes fait le point.

Les articles font référence au site Parlementerre.fr comme source. Cette dernière est dirigée par l’organisation française des écologistes, Agir pour l’environnement. Il voulait montrer, à la veille des élections partielles, les votes des derniers parlementaires sur les questions environnementales,

Ce siège compte 655 sièges, plus de 577 sièges à l’Assemblée. Et pour cause : dans chacun des 61 États, il y a un certain nombre de successeurs en raison de nominations gouvernementales ou de décès. Un élu était alors surveillé, suivi de son remplaçant.

La position est basée sur les 17 votes tenus entre mai 2018 et avril 2021. « Afin de respecter l’égalité politique et de ne pas perturber l’issue, nous avons diversifié au maximum le démarrage du processus », explique l’organisation. Certains viennent de la présidence, d’autres des socialistes, des insoumis, des droites… Chaque candidat a un + 1 point s’il vote pour l’un des critères écologiques, 0 s’il est absent ou absent, et – 1 point s’il y a un vote d’opposition. Et Bérangère Couillard est classée 602e sur 65 candidats.

La députée aux abonnés absents

La députée aux abonnés absents

En interne, la nouvelle secrétaire d’État à l’Écologie n’a voté sur aucune proposition pour l’élection de l’organisation, comme on peut le voir sur les relevés de vote. Elle a voté contre cinq amendements : la suppression de la taxe d’aéroport sur les routes nationales, la protection des petites voies ferrées, la gratuité des transports publics en cas de pollution, la mise à niveau d’un train de nuit à l’échelle nationale par l’Europe, et le moratoire sur la création d’installations commerciales en cas de reconstruction.

Il a officiellement cessé de réautoriser l’utilisation de pesticides et d’ononicotinoïdes Voir l’article : PARIS : Consultation publique sur les mobilités douces (BIRD et JE Paris) » La lettre économique et politique de PACA.

Et cela a été prouvé par son absence. Parmi les votes en cause figurent l’inclusion d’un menu végétarien quotidien dans les cantines scolaires et l’interdiction des envahisseurs endocriniens dans les mêmes cantines scolaires. Aussi, selon les transports, vote sur l’interdiction de la construction de nouveaux aéroports et l’agrandissement des aéroports existants et l’interdiction des vols intérieurs en cas de trajet en train de moins de quatre heures.

Comme l’ont confirmé les résultats du vote à l’Assemblée, dans le cas de l’utilisation de pesticides chimiques dans les cultures, il était absent du vote sur l’instauration d’une taxe sur les engrais azotés, restriction du glyphosate, restriction de la distribution phytosanitaire. produits à proximité des habitations, interdisant l’importation d’aliments transformés utilisant des substances interdites dans l’UE.

Elle était également absente de l’interdiction de fabrication, de stockage ou de vente de substances phytopharmaceutiques illégales en Europe, de l’indemnisation des victimes pour l’utilisation de produits phytosanitaires, et enfin de la suppression de la taxe sur la vente d’huile de palme.

Trop d’informations définissent sa place dans la section Parlementerre, sans justifier l’importance de cette dernière approche.

N’hésitez pas à poser vos questions sur Whatsapp à l’équipe Fake off juste ici.

Taxe sur les "super bénéfices" des grandes entreprises : "Ce n'est pas décidé par le conseil d'administration
Voir l’article :
« Si ce gouvernement veut la justice sociale, il devrait commencer par exiger…