Ile-de-France : pour son retour, Valérie Pécresse veut mettre le paquet sur les transports en commun

Valérie Pécresse sur le chantier du prolongement de la ligne 12 vers Bagneux, inauguré depuis. [© STÉPHANE DE SAKUTIN / AFP]

Publié

16.05.2022 à 15:45 –

Renouvelé

16.05.2022 à 15:46

De retour après sa défaite à l’élection présidentielle à la présidence de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse a annoncé, lundi 16 mai, qu’elle mettrait un paquet sur les transports en commun, notamment le RER B, même si cela s’entend. retard CDG Express.

« Le RER B est ma principale priorité cette année », a déclaré Valérie Pécresse dans une interview au Parisien publiée lundi 16 mai, au lendemain de sa première apparition médiatique depuis l’élection présidentielle. L’occasion de montrer sa détermination à « accélérer le rythme de la transition écologique » dans la région, en poursuivant une « écologie des résultats » plutôt que de la « punition », ainsi que son ambition de relancer l’investissement dans les transports.

Et s’il faut retarder la mise en place du CDG Express [une ligne directe pour relier la gare de l’Est à l’aéroport Charles-de-Gaulle, ndlr] en 2027′ pour favoriser les transports du quotidien, cela n’y change rien », explique président de région et Ile-de-France Mobilités.

« 2026. la date de l’année doit être révisée car elle n’est pas acceptable. A l’exception du RER B interrompu pendant plusieurs semaines. Et ce n’est pas acceptable […] Pour le pays, la priorité c’est CDG Express, pour moi c’est le transport quotidien », a-t-il déclaré au journal Le Parisien.

L’élu d’Ile-de-France a tout de même estimé que la construction du CDG Express était « nécessaire ». « Sinon, dans dix ans, il y aura une heure et demie d’embouteillages sur l’A1 », craint-il, qui est aussi persuadé qu’à terme on retrouvera des niveaux dans le transport aérien avant 2019.

Accélération des transports ?

Pas de retour du trafic à 100 %

Concernant le RER B, Valérie Pécresse a également signalé que les rames rénovées attendues sur la ligne cette année étaient en retard. Aujourd’hui, seuls 8 trains circulent, et d’ici la fin de l’année, 11 des 31 trains devraient être commandés. Sur le même sujet : Ajustement du prix du carburant en Haïti: les syndicats de la circulation désapprouvent. « Nous demandons à Alstom de faire tout son possible pour livrer les autres dans les plus brefs délais », a-t-il déclaré.

Sur les autres lignes, le président d’Ile-de-France Mobilités confirme que des rames rénovées « sont arrivées » sur le RER C et que de nouvelles rames devraient arriver « à partir de 2023 » sur les RER D et RER E. Au moins 360 nouvelles rames devraient circuler sur les lignes Transilen en 2018, notamment sur l’ensemble de la ligne J et P vers Provins et 40 sur la ligne Régio2N N vers Rambouillet.

De nouvelles rames MP14 sont également attendues pour les métros 14 et 4. A noter que ces derniers seront définitivement « automatisés à partir de l’été prochain », rapporte Valérie Pécresse. Un autre projet est prévu : l’électrification de la branche de La Ferté-Milon.

A la question d’un retour à une offre de transport complète, quand Valérie Pécresse se dit « prête à instruire toutes les plaintes si ce n’était pas le cas », elle a expliqué que la fréquentation des transports en commun en Ile-de-France était toujours à 80%. « avant le Covid c’est encore loin ». Aujourd’hui, le matériel est restauré à 98%, précise-t-il.

La possibilité qu’IDFM puisse continuer à économiser, alors que ses pertes en 2022 étaient estimées à 730 millions d’euros. « Nous voulons retrouver notre autonomie financière et ne plus avoir à demander de l’argent à l’Etat », avoue Valérie Pécresse, qui le souhaite. que les « recettes supplémentaires » promises par Edouard Philippe comme Premier ministre et saluées par la Cour des comptes « seront enfin votées au Parlement ».

A voir aussi :
En liant sport, culture et découverte du patrimoine et des paysages de…