Keolis garde le contrôle des transports publics métropolitains

Keolis exploite les transports en commun de la Métropole depuis 2009. Crédits : Adobe Stock RH2021

En charge du réseau de transports en commun de Bordeaux Métropole depuis 2009, Keolis en restera officiellement opérateur jusqu’en 2030. Le contrat, d’un montant de 2,2 milliards d’euros sur huit ans, comprend, entre autres, la construction de deux nouvelles lignes de tramway et la mise en place de sept lignes express. lignes de bus.

Il n’y avait plus de suspense depuis le 9 juin. Jeudi 7 juillet, les élus métropolitains se sont prononcés sur le choix du futur concessionnaire du réseau de transport en commun TBM. Après deux ans et demi de discussions, Keolis, opérateur déjà en place dans le cadre de la précédente délégation de service public (DSP), a été préféré à Transdev. Montant de ce nouveau contrat : 2,2 milliards d’euros, étalés sur huit ans (2023-2030), contre 1,7 million d’euros entre 2014 et 2022. Le contrat « le plus important jamais conclu par Bordeaux Métropole sur le plan financier », a rappelé Béatrice de François , conseiller municipal de Parempuyre et vice-président de la collectivité chargé de la mobilité, des transports et du stationnement. Le coût total de l’opération, pour Bordeaux Métropole, s’élève à 1,4 milliard d’euros, car les recettes futures versées par l’opérateur seront de 830 millions d’euros. Des montants conformes à « la trajectoire budgétaire définie » et qui permettront « de préserver le niveau des dépenses pour les autres projets métropolitains, sans toucher à la dette », a poursuivi Béatrice de François.

Priorité aux tramways

Priorité aux tramways

Selon Bordeaux Métropole, la décision de confier cette DSP à Keolis s’explique par la nécessité de désaturer le tramway. « Le principal mode de transport en termes de présence et de capacité », avec 101 millions de déplacements enregistrés en 2019 (contre 68 millions pour le réseau de bus). Keolis s’est engagé à créer deux nouvelles lignes de tramway à partir de septembre 2025 : la E, entre Floirac Dravemont et Blanquefort ; et le F, qui relie Bègles et l’aéroport de Bordeaux Mérignac en 45 minutes. Un aménagement rendu possible grâce à une cabine de signalisation, qui sera installée à la Porte de Bourgogne, et qui ne nécessitera pas l’installation de nouvelles voies.

Ceci pourrez vous intéresser :
L’Alliance du transport publiera mardi un nouveau rapport, déplorant le manque de…

En route pour les bus express

Quant aux bus, « Keolis s’engage à optimiser le réseau dès septembre 2023, tout en assurant une excellente desserte de tous les territoires », a souligné Béatrice de François. En particulier, préfigurer la mise en service de quatre lignes de bus express sur les sept prévues au Plan de Mobilité. « A noter que la ligne entre Saint-Aubin-de-Médoc et la gare Saint-Jean, les boulevards circulaires et celle entre Artigues-près-Bordeaux et la gare Saint-Jean entreront en service respectivement en avril 2024 pour le premier, et en Septembre 2025 pour les deux autres – dont l’exploitation est liée à la mise en service du pont Simone-Veil », précise l’élu. Promesse anticipée : desservir 94 % de la population métropolitaine d’ici 2027, via le réseau TBM, en termes de fréquence aux heures de pointe.

Une offre « de qualité » pour la majorité des élus

Mettant en avant « des offres de la plus haute qualité », Patrick Bobet, maire du Bouscat et chef de file du groupe d’opposition Métropole Commune(s), s’est félicité « du fait que le tramway ne soit plus mis à l’index ». De son côté, Alain Anziani, président de la collectivité, a rappelé qu’il n’est pas opposé à cette mobilité, mais « au coût et à l’empreinte carbone du tram, ce n’est pas la même chose ». Autre figure de la majorité Europe-Ecologie-les-Verts/Parti socialiste, le maire de Bègles Clément Rossignol-Puech a salué les ambitions de cette DSP, qui « prend en compte le plan de mobilité voté en septembre, et le délégué qui tient je compte le réseau fortement multimodal ». Lire aussi : Quelle formation pour être taxi avec son propre véhicule ?.

Si la majorité des élus de droite – Métropole Commune(s) – s’est prononcée en faveur de cette DSP, Jacques Mangon, conseiller municipal de Saint-Médard-en-Jalles et élu du groupe d’opposition, a critiqué les projets à venir. . Selon lui, il s’agit de « prélever des territoires non desservis comme Saint-Médard-en-Jalles ou Gradignan, en donnant à des territoires déjà desservis » comme Bègles, Mérignac ou Floirac. « Je me demandais s’il y avait vraiment là-dedans toute la justice nécessaire à une vision métropolitaine des choses. « 

En chiffres : Globalement en huit ans l’offre kilométrique des bus augmentera de près de 10%, celle des trams de 6% et l’offre kilométrique BAT3 de 53% avec l’ajout de plusieurs nouvelles liaisons d’ici 2025 la rive droite et la rive gauche  » donc augmenter de 108 % par rapport à aujourd’hui, soit près de 3 000 traversées par jour ».

Ceci pourrez vous intéresser :
Le nombre de cas de Covid a augmenté ces dernières semaines. En…

Comment on appelle un chauffeur de bus ?

Un conducteur d’autobus (chauffeur d’autobus, forme féminine au Québec) est une personne dont le travail consiste à conduire des autobus ou des autocars. A voir aussi : Est-il toujours rentable de faire VTC ?.

Pourquoi dit-on chauffeur ? Larousse nous dit qu’un conducteur est quelqu’un qui conduit un véhicule à moteur. Un chauffeur n’est pas le féminin d’un chauffeur, c’est une chaise rembourrée et confortable pour se réchauffer au coin du feu.

Est-ce qu’on peut dire chauffeuse ?

Le conducteur du nom désigne à la fois un homme et une femme. Sur le même sujet : A-t-on le droit de se plaindre du métro Lyonnais ?. Ils disent qu’il est chauffeur de taxi ; le formulaire de conducteur servait autrefois à désigner une femme pour conduire un véhicule.

Quel est le féminin de chauffeur routier ?

Prénom
chauffeur singulier pluriel masculin conducteur conducteur féminin conducteur conducteur conducteur

Comment Appelle-t-on une femme qui conduit un poids lourd ?

Définitions : chauffeur, chauffeur – Dictionnaire Larousse.

Allemagne / Transport 9 € : L'impact sur la mobilité est aussi fort que le Covid
Sur le même sujet :
Le billet de transport public national à 9 € de l’Allemagne, qui…

Pourquoi avoir choisi le métier de chauffeur de bus ?

Polyvalence inégalée. Qu’il conduise en ville ou sur autoroute, le conducteur des transports en commun doit reconnaître son itinéraire à l’avance. Récupérez les passagers et, plus généralement, assurez-vous que tout le monde à bord est en règle.

Quelle formation pour être chauffeur de bus ? Il n’y a pas de pré-requis pour devenir chauffeur de bus. Cependant, le CAP agent d’accueil et le CAP conducteur routier, transport de voyageurs et CAP conducteur de fret routier peuvent être un atout. Une certaine expérience dans la conduite d’un véhicule lourd peut également être exigée.

Est-ce difficile de conduire un bus ?

Il faut savoir qu’un bus standard, avec ses 12 mètres de long et ses 2,5 mètres de large, ne roule pas comme une petite voiture, ni comme une grosse. Ecrasant à 40km/h, il lui faut 6m pour s’arrêter.

Quelles sont les qualités d’un chauffeur de bus ?

La rigueur et le sens des responsabilités sont des qualités requises pour exercer le métier, ainsi que l’autonomie. Les chauffeurs sont chargés d’accueillir les voyageurs dans le bus ou dans le bus, de vendre les billets. Être courtois et avoir de bonnes qualités relationnelles sont également appréciés.

Comment devenir contrôleur Tam ?

Trois impératifs à respecter : un casier judiciaire vierge, être inscrit comme demandeur d’emploi, ne pas avoir déjà passé les tests psychomoteurs au TAM. Pour cette opportunité réservée aux jeunes de moins de 26 ans il est nécessaire de vérifier au préalable leur éligibilité en contactant leur consultant.

Comment devenir contrôleur RTM ? avoir au moins 18 ans. pas de diplôme requis ou niveau inférieur au bac 2…. Exemples de formation :

  • CAP d’accueil et agent de conduite routière, transport de personnes,
  • Bac pro métiers de l’hôtellerie.
  • Plateau de transport professionnel,
  • MC (mention complémentaire) accueil dans les transports : 1 an après le bac.

Comment devenir contrôleur TCL ?

La formation à suivre pour devenir contrôleur Le métier de contrôleur des transports publics est accessible sans diplôme spécifique. Cependant, certaines formations peuvent être intéressantes, comme le CAP agent d’accueil et de conduite routière, le transport de personnes.

Comment rentrer à la TAM ?

Les personnes intéressées doivent postuler directement sur la page emploi du site TaM, dans la rubrique « Offres d’emploi ». A noter que 100% des apprentis des promotions précédentes ont signé un CDI à l’issue du cursus de formation.