L’Afrique en pleine croissance fait face au besoin de transport public

A Lagos, Tade Balogun doit planifier ses déplacements bien à l’avance pour éviter le calvaire d’attendre des heures dans le trafic monstre qui paralyse la ville de 20 millions d’habitants aux services publics quasi inexistants.

Chaque jour, M. Balogun part travailler avant l’aube, termine sa journée et attend jusqu’à 21 heures pour éviter les monstrueux « go-slow » (embouteillages en pidgin nigérian), constitués de milliers de voitures et de camions sur les routes endommagées où la rue les vendeurs se faufilent dangereusement entre les pistes.

A l’instar de ce consultant de la capitale économique du Nigeria, nombreux en Afrique doivent faire face à l’absence ou à l’inefficacité des transports publics que les autorités locales tentent de développer, un défi immense mais vital à l’heure où le continent est confronté à une urbanisation et à une démographie croissantes. explosion.

Selon les Nations Unies, la planète comptera bientôt 8 milliards d’habitants. D’ici la fin du siècle, les trois villes les plus peuplées du monde seront africaines.

Déjà l’une des villes les plus fréquentées du continent, Lagos deviendra la plus peuplée du monde d’ici 2100, selon une étude.

La manière de gérer cette explosion démographique pourrait inspirer d’autres mégalopoles africaines, comme Kinshasa (RD Congo) ou Dar Es Salaam (Tanzanie), qui viendront compléter le podium des villes les plus peuplées du monde en 2100.

L’Etat de Lagos affirme avoir des plans ambitieux – que les sceptiques qualifient de « fantaisistes » – dont la création d’un nouvel aéroport et d’un réseau de transports en commun (trains, bus, ferries).

Mais comment intégrer les vastes réseaux de transports informels dont dépendent des millions de personnes ? Comment fournissez-vous le logement et l’électricité ? Autant de questions posées par les urbanistes que les défis sont immenses.

Réaliser un recensement serait une première étape, compliquée par le nombre d’habitats informels, explique Muyiwa Agunbiade, professeur de développement urbain à l’université de Lagos.

« Si vous ne connaissez pas le nombre d’habitants, il nous est difficile de planifier. »

Le Global Cities Institute de l’Université de Toronto estime que les trois villes les plus peuplées du monde d’ici 2025 seront situées en Asie : Tokyo, Mumbai et Delhi.

Petit à petit, les villes africaines ont alors pris leur place.

Le mois dernier, la présidente tanzanienne Samia Suluhu Hassan a mis en garde contre les défis posés par cette démographie galopante, la population de Dar Es Salaam, la capitale économique, devant doubler pour atteindre 10 millions d’ici 2030.

De son côté, Lagos, grande économie d’Afrique de l’Ouest, devrait abriter 88 millions d’habitants dans à peine 80 ans, soit plus que la population actuelle de l’Allemagne.

« Pour que l’économie d’une ville prospère, votre système de transport doit être adéquat et efficace », a déclaré à l’AFP le directeur de l’Autorité des transports de l’Etat de Lagos, Abimbola Akinajo.

« C’est une grande partie de ce que nous devons mettre en place pour que la ville fonctionne bien. »

Mais certains de ses quartiers se transforment en une masse chaotique de véhicules qui s’évitent, en particulier les omniprésents minibus jaunes Danfo, un réseau informel de transports en commun.

« Le Nigeria devrait être bon comme ça ? Tous ces embouteillages », souffle Ayo Babatunde Ogunleyimu, conducteur d’un Danfo bondé.

Lagos est peut-être une puissance économique et abrite des superstars afropop, mais ses habitants ont du mal à accéder à l’eau et à l’électricité.

Le Dr Lindsay Sawyer, du département d’urbanisme de l’Université de Sheffield, affirme que fournir un transport durable à Lagos nécessite de maintenir les coûts à un faible niveau.

« Les Danfos sont toujours présents partout car ils restent l’option la plus abordable », a déclaré M. Sawyer.

Pendant des années, les autorités de Lagos ont eu du mal à finaliser une ligne de chemin de fer longtemps retardée.

Mme Akinajo admet les problèmes de financement, mais assure que la première partie de la « ligne de chemin de fer bleue » sera achevée d’ici la fin de l’année.

« Le plus gros problème est celui de la mise en œuvre », insiste le professeur Agunbiade. Mais si la ligne fonctionne, « ça va radicalement changer la donne ».

En Tanzanie, Dar Es Salaam a déjà remporté plusieurs succès avec ses lignes de bus express dédiées, qui, grâce à des itinéraires étendus, ont réduit la congestion sur une artère principale.

« Les bus rapides nous aident », a déclaré Saidi Jongo, un habitant de « Dar ». « Au moins, il n’y a plus de trafic. »

Quant à Kinshasa, capitale de la RDC, la situation est bien différente. Une guerre civile au début des années 2000 et des violences en 2016 ont ajouté des déplacés à une population galopante.

Des masses de gens « mettent le pied » (marchent) ici sur de longues distances, tandis que les routes sont souvent bloquées en raison d’un trafic monstre.

En mauvais état dans la plupart des cas, les transports en commun, assurés par les taxis et autres mini-bus, sont surnommés « l’esprit de la mort ».

« Quand on a vu l’ampleur des embouteillages et la masse de personnes autour (…), on s’est rendu compte que le transport routier ne peut pas résoudre le problème de la mobilité des populations », estime Martin Lukusa, directeur général du commerce des transports et des ports. (SCTP), l’entreprise publique.

Lagos, par exemple, tente de développer un réseau de ferries sur ses lagons. Mais le financement est presque impossible à trouver car le coût du transport est plus élevé.

Alors la plupart des banlieusards, agacés, attendent toujours de meilleures solutions.

« C’est une maison de fous », a déclaré le directeur de l’agent de change Ochuko Oghuvwu, qui fait la navette 20 heures par semaine. « Lagos devrait avoir une ligne de métro maintenant. »

TOMBER Le vol généralisé de pétrole a fait perdre à la plus grande économie d’Afrique sa position de leader dans la production de pétrole brut sur le continent au profit de l’Angola.

Qui est le pays le plus riche du monde ?

Classification pays PIB en milliards de $
1 États-Unis 25 346,81 $
2 Chine 19 911,59 $
3 Japon 4 912,15 $
4 Allemagne 4 256,54 $

Quelles sont les 7 grandes puissances mondiales ? Le G7 est un groupe informel de sept économies avancées du monde, à savoir l’Allemagne, le Canada, les États-Unis, la France, l’Italie, le Japon, le Royaume-Uni et également l’Union européenne.

Quels sont les 7 pays les plus riches du monde ?

Voyons d’abord quels sont les pays les plus riches du monde ! Sur le même sujet : Agglomération de Chaumont : « Chaque kilomètre parcouru doit valoir la peine ».

  • 1. #1 Luxembourg (135 050 $/habitant)
  • 2. #2 Irlande (101 510 $/habitant)
  • 3. #3 Norvège (99 480 $/habitant)
  • 4. #4 Suisse (96 390 $/habitant)
  • 5. #5 Qatar (84 510 $/habitant)
  • 6. #6 Brunei (79 820 $/habitant)
  • 7. #7 Singapour (76 580 $/habitant)
  • 8.#

Qui est l’homme le plus riche du monde actuellement en 2022 ?

Cette statistique représente le classement des 15 personnes les plus riches du monde en 2022, selon le montant des actifs. Voir l’article : Journée noire en Côte d’Ivoire : 37 morts dans deux accidents de la circulation lundi. Il s’avère qu’Elon Musk était la personne la plus riche du monde dépassant Jeff Bezos, avec une fortune de plus de 219 milliards de dollars.

Ceci pourrez vous intéresser :
&#xD ; Très dégradée ces derniers mois, la qualité de la desserte des…

Pourquoi Appelle-t-on Afrique noire ?

L’Afrique subsaharienne a par le passé – et souvent encore aujourd’hui – été appelée « Afrique noire » par les Européens et les Arabes, car peuplée de personnes à la peau noire, mais cette terminologie est essentiellement idéologique. Ceci pourrez vous intéresser : Nantes. Malgré la hausse des prix, l’engouement pour la fête foraine est toujours là.

Qu’est-ce que le continent noir ? phrase nominale. (obsolète) (histoire) Afrique, en particulier Afrique sub-saharienne.

Quel est l’ancien nom de l’Afrique ?

Alkebulan, ou Alkebu-lan, est une appellation, probablement arabe, désignant l’Afrique — qui est parfois mentionnée par les écrivains européens de l’époque moderne.

Comment s’appelait l’Afrique avant la colonisation ?

L’Afrique sub-saharienne s’appelait Ethiopie : un terme dont l’origine est très intéressante du mot grec Aithiops qui désigne littéralement le pays où les gens ont le visage brûlé par le soleil.

Pourquoi Dit-on Afrique blanche ?

L’expression Afrique Blanche désigne à la fois, géographiquement, le nord du Sahara, et, ethniquement, les minorités « blanches » de l’Afrique « noire » : Touaregs au Sahel, Afrikaners au sud.

La saison automobile est lancée pour l'ASA Pays de Dieppe
A voir aussi :
Quel est le meilleur pilote de rallye au monde ? Qui est…

Comment Appelle-t-on un Blanc en Afrique ?

Pourquoi dit-on Afrique blanche ? L’expression Afrique Blanche désigne à la fois, géographiquement, le nord du Sahara, et, ethniquement, les minorités « blanches » de l’Afrique « noire » : Touaregs au Sahel, Afrikaners au sud.

Qui sont les Afrikaners en Afrique du Sud ?

Les Afrikaners sont des Sud-Africains blancs, qui parlent l’afrikaans, une langue qui dérive du néerlandais du 17e siècle mêlé à un peu d’allemand, de portugais et de mots d’origine locale.

Où vivent les Afrikaners ?

Plus de 3 millions de personnes dans le monde s’identifient comme Afrikaners, soit 60% des 4,6 millions de Blancs en Afrique du Sud. L’Afrique du Sud est le pays d’origine des Afrikaners.

Ceci pourrez vous intéresser :
NEW YORK, 12 octobre (Xinhua) — Les États-Unis sont le pays le…