Les aveugles veulent un meilleur accès aux transports publics

Une campagne de sensibilisation sera prochainement lancée pour demander aux communes propriétaires de transports en commun de mieux les adapter à la situation des personnes aveugles.

Debbie Jeffery, gestionnaire de programme, loisirs et bénévolat à la Fondation INCA (Institut national canadien pour les aveugles) au Nouveau-Brunswick, confirme que la campagne, qui sera utilisée sur la scène nationale, devrait être lancée prochainement.

Selon Mme Jeffery, il s’agit d’une campagne d’envoi de courriers aux municipalités disposant de services de transport en commun.

Au Nouveau-Brunswick, cela comprend essentiellement les villes de Moncton, Fredericton et Saint John.

L’objectif principal de cette campagne est d’inciter les municipalités à installer des systèmes d’annonces sonores dans les bus de la ville pour aider les personnes aveugles à mieux se déplacer en utilisant ce service.

« Pour les personnes aveugles voyageant dans un endroit moins familier, ces types d’annonces audio leur permettent de mieux s’orienter tout au long du trajet en bus », ajoute Jeffery.

L’organisme demande également que les arrêts d’autobus soient équipés de panneaux plus contrastés ou en lettres plus grandes pour les personnes ayant une déficience visuelle, ainsi que d’écrans tactiles ou en braille pour mieux leur communiquer certaines informations.

« Nous demandons ces choses en ce moment. Les défis sont beaucoup plus grands qu’au Nouveau-Brunswick, surtout avec le manque de transport en commun dans la province, surtout dans les régions rurales. Nous voulons l’analyser éventuellement, mais pour l’instant nous nous concentrons sur ces aspects », explique Debbie Jeffery.

Mme Jeffery explique que le sujet des transports en commun a été reconnu comme un dossier prioritaire lors de diverses discussions.

« Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’autres enjeux, mais il faut commencer quelque part. Si vous voulez vous engager avec votre communauté, le premier obstacle est l’accès au transport (…) Nous pouvons ajouter des éléments lors d’autres campagnes.

Philippe Bouchard souhaite que les transports en commun actuels et futurs soient équipés d’outils pour aider les personnes aveugles à se repérer – Courtoisie

Philippe Bouchard connaît les défis auxquels une personne aveugle fait face au quotidien. Un jeune aveugle du Haut-Madawaska a voulu participer à la campagne INCA, même si sa région n’a pas encore de système de transport en commun.

Par la même occasion, il est conscient qu’une étude analysant le dossier du transport en commun est en cours au Madawaska et devrait offrir des pistes de solution cet automne.

Dans cet esprit, il souhaite que ceux qui mènent cette étude tiennent compte de l’accessibilité pour les aveugles.

« Avant tout, il faut avoir des moyens de transport, pour tout le monde. Nous ne l’avons pas encore ici, mais nous en avons besoin dans le nord-ouest du Nouveau-Brunswick.

Bien qu’il soit conscient que les personnes aveugles peuvent utiliser des choses comme les appareils intelligents pour se repérer, Philippe Bouchard dit que tout le monde n’a pas le luxe d’avoir ces outils.

« Nous voulons essayer de mettre en œuvre ce qu’INCA essaie de faire dans d’autres villes. Nous devons penser à ces nouvelles choses comme les publicités automatisées pour nous donner un avenir meilleur.

M. Bouchard a notamment travaillé avec Lise Beaulieu d’Edmundston, qui est également aveugle. Les deux ont pris des mesures pour sensibiliser à leur situation et parler au nom de ceux qui sont confrontés aux mêmes défis.

Il a également décidé de participer à la campagne INCA pour soutenir les personnes des grandes villes qui ont des difficultés à utiliser certains modes de transport en raison de leur handicap.

« Nous représentons peut-être un petit pourcentage de la population, mais nos besoins sont également importants. Nous voulons protéger nos droits car nous avons autant le droit de voyager que n’importe qui d’autre. Je parle au nom des aveugles, mais cela touche beaucoup plus de gens.

En tant que musicien, Philippe Bouchard doit se déplacer dans différents lieux pour se produire. Il admet que trouver un moyen de se déplacer n’est pas toujours facile.

« Mes parents sont là-bas, mais ils travaillent tous les deux. Ce n’est pas leur faute non plus. Mon ami avec qui je chante travaille aussi parfois donc il peut être difficile de trouver un moyen d’aller à ces événements.

Pour sa part, Debbie Jeffrey appuie les efforts de Philippe Bouchard, même si la campagne de sensibilisation ne vise pas actuellement spécifiquement les régions rurales sans transport en commun.

« Nous offrons notre soutien à quiconque souhaite approcher les gouvernements ou leurs communautés respectives. »

« Beaucoup de travail à faire »

Bien que les transports en commun soient au premier plan de la récente campagne d’INCA, Debbie Jeffery admet qu’il existe de nombreux autres défis pour les aveugles.

« Il y a beaucoup de travail. Nous voulons résoudre plusieurs problèmes. Les transports en commun touchent beaucoup de monde (…) Étonnamment, même si les personnes avec des chiens-guides ont le droit d’accéder aux lieux publics, on voit encore des cas où les gens ne sont pas autorisés à entrer dans les commerces, les taxis, etc. Les personnes ayant des problèmes de vision sont moins susceptibles d’être embauchées, vous devez donc travailler avec les employeurs pour voir ce que vous pouvez faire pour répondre aux besoins de chacun.

« Ce sont des choses sur lesquelles nous voulons bâtir sur la route. »

De son côté, Philippe Bouchard avoue qu’il s’est parfois senti très seul à cause de sa déficience visuelle.

« Nous sommes souvent pris au dépourvu car nous sommes souvent invisibles au monde. Le handicap physique est beaucoup plus visible que le handicap intellectuel ou visuel. C’est précieux, mais c’est une réalité à laquelle nous sommes confrontés tous les jours.

« Je n’arrête pas de demander aux étrangers : ‘Où suis-je maintenant ?’ « , ce n’est pas agréable car nous voulons être le plus indépendant possible. »

Cependant, Mme Jeffery pense qu’il y a toujours un peu plus d’ouverture dans la société pour aider les personnes aveugles à s’adapter.

« Par exemple, la ville de Moncton. On nous demande notre avis quand vient le temps de prendre des décisions concernant les aveugles. Nous avons également eu des entreprises qui nous ont demandé conseil.

Aveugle peut aussi être appelé sombre (usage courant). Une personne malvoyante ou malvoyante moyenne ou sévère non aveugle correspond à une basse vision ou à une amblyopie (usage courant).

Comment vivent les personnes aveugles ?

Comment vivent les personnes aveugles ?

Certaines personnes pensent que les personnes aveugles ou malvoyantes restent chez elles toute la journée et ne font rien, mais ce n’est pas vrai. Près de la moitié des personnes ayant une déficience visuelle travaillent dans une variété d’industries, de la fabrication à la gestion.

L’aveugle peut-il cligner des yeux ? En théorie, non. Sur le même sujet : Feu vert pour le transport en commun à Bromont.

Qu’est-ce qu’on voit quand on est aveugle ?

Certaines personnes aveugles décrivent une vision en nuances de gris ; d’autres, des couleurs, différentes dans chaque œil et selon les émotions ou la fatigue, d’autres encore voient des points scintillants ou lumineux. Lire aussi : Toulouse : pourquoi Tisséo augmente ses prix alors que Montpellier est libre… Ces sensations changent avec l’âge, même chez les aveugles de naissance.

Comment les gens deviennent aveugles ?

Maladies pouvant entraîner la cécité Certains facteurs augmentent le risque de DMLA. Cela comprend les antécédents familiaux, le tabagisme, l’obésité, l’hypertension artérielle, le manque d’activité physique, l’exposition au soleil ou une alimentation riche en graisses insaturées et en glucides simples.

Est-ce que les aveugles sourient ?

Ses sourires sont souvent accompagnés de caresses de sa mère, un sourire vite associé au plaisir, ce qui renforce son apprentissage comme moyen de communication. A voir aussi : Concours du marché du vote du marché 2022 Par acteurs clés: Rambus Incorporated, Infineon Technologies, AEP Ticketing Solutions, Accenture, Gemalto (Thales), NXP Semiconductors, CPI Card Group Inc.,. Les enfants nés aveugles ne sourient pas.

Dès 2025, les nouveaux bus rouleront à l'électricité et à l'électricité verte
Sur le même sujet :
Le Vietnam espère que 100% des nouveaux bus utiliseront l’électricité ou l’énergie…

Comment faciliter la vie d’un aveugle ?

Pour aider une personne malvoyante à tirer le meilleur parti de la vie, n’oubliez pas les loisirs. Donnez-lui par exemple des livres audio, des livres en gros caractères et d’autres produits disponibles en gros caractères ou avec des contrastes élevés, comme des cartes à jouer, des montres, des téléphones…

Comment distraire une personne aveugle ? 6 activités pour seniors aveugles

  • Écoutez de la musique ou dansez. …
  • Pratique. …
  • Lisez des histoires et écoutez des livres audio. …
  • Jouez avec les animaux de compagnie. …
  • Films. …
  • jeux de société

Comment améliorer le quotidien d’une personne aveugle ?

Divertissement et information Trois solutions peuvent être utilisées pour la lecture : le braille, les gros caractères et la lecture audio. Cette zone dispose d’équipements pour les aveugles et les malvoyants, tels que les lecteurs DAISY.

Comment dire bonjour à un aveugle ?

Dites simplement : « Bonjour, M. X, je suis Mme Y. » En général, les personnes aveugles ont une bonne mémoire auditive, mais s’attendent à reconnaître une voix après avoir entendu seulement deux ou trois mots et dans un contexte complètement différent.

A voir aussi :
Le masque ne sera bientôt plus obligatoire dans les transports en commun.…

Comment courir avec un aveugle ?

Méthodes de guidage d’un coureur Le guidage implique généralement une corde tenue par deux coureurs, mais vous pouvez également choisir le guidage du coude, du poignet ou de l’épaule avec un partenaire. Le cordon reste le moyen d’accès le plus simple via un doigt ou un clip de poignet.

Quel niveau de course ? Comment évaluer son niveau ? Une solution simple et rapide pour évaluer votre niveau de course consiste à déterminer votre VMA. Elle correspond à la vitesse maximale aérobie et s’exprime en kilomètres par heure (Km/h). Pour faire simple, il est possible de maintenir cette vitesse pendant 6 minutes en moyenne.

A voir aussi :
Est-ce que le bus scolaire est gratuit ? Quel est le coût…