Mobilité : Durance Luberon Verdon Agglomération réorganise ses services de transports en commun

AccueilTerritoiresMobilité : Durance Luberon Verdon Agglomération réorganise les transports en commun

Simplifiant le réseau de la ville, améliorant la desserte des zones d’activités et créant un parking relais à Volx, DLVAgglo propose un service entièrement repensé à partir du 1er septembre.

Territoires Alpes-de-Haute-Provence Publié le 16 septembre 2022 à 14h00, Hélène Saveuse

Aller vers plus de sobriété dans les dépenses énergétiques en optimisant le réseau de transports en commun et en faisant renoncer les conducteurs à la voiture, c’est en effet l’ambition de l’agglomération Durance Luberon Verdon (DLVAgglo) pour la rentrée 2022. des services de transport en commun renouvelés, résultat de la concertation, lancée en octobre 2021 auprès des concitoyens. Concrètement, certains trajets ont été simplifiés pour éviter les détours, les doublons ont été supprimés pour réduire les temps de trajet et le nombre de rotations vers les zones d’activité a été augmenté puisque près d’un emploi sur cinq dans l’agglomération se situe dans l’une des trois zones d’activité de Manosque.

Jean-Christophe Petrigny, Président de DLVA : « Pour moi, la poursuite d’une transformation écologique est un objectif ambitieux »

Un porte-vélos sur la ligne Manosque – Gréoux-les-Bains

Pour augmenter la fréquentation, une nouvelle ligne a été créée reliant Oraison à Manosque et desservant les communes de La Brillane, Villeneuve et Volx, ciblant principalement les actifs. « Cette ligne 120 est issue de la fusion des lignes 121 et 122, ce qui permet d’augmenter le nombre de services », a précisé DLAgglo. Cela viendra compléter l’offre, car il existe déjà un autre parking relais aux Prés Combaux. Pour favoriser la mobilité douce, la collectivité a mis à la disposition des voyageurs un râtelier à vélos, sur réservation, sur la ligne 131 (Manosque – Vinon-sur-Verdon – Gréoux-les-Bains), dans le prolongement de la Véloroute de la Méditerranée, EuroVelo 8. dispositif est actuellement en phase de test qui pourra être étendue à d’autres lignes.

La reconfiguration du réseau de transports en commun ne serait que la première étape de la fusée en termes de sobriété énergétique, puisque les bus DLVAgglo devraient rouler au biogaz produit sur place dans trois ans grâce à un biométhaniseur en cours de conception. Ceci pourrez vous intéresser : Ile-de-France : des collectifs d’usagers réclament un retour à la normale dans les transports en commun. L’extension des lignes urbaines coûtera à la commune 220 464 euros, mais les économies réalisées par la modernisation des lignes interurbaines, d’un montant de 100 000 euros, ramènent l’investissement total à 120 464 euros.

Reportage international - Malaisie : les transports en commun gratuits à Kuala Lumpur dans un pays où la voiture est reine
A voir aussi :
Il y a maintenant plus de voitures que d’habitants en Malaisie. A…