Ile-de-France : des collectifs d’usagers réclament un retour à la normale dans les transports en commun

La fréquentation n’a pas dépassé 76% du niveau d’avant-crise la semaine dernière. [© Philippe LOPEZ / AFP]

Publié le

14/02/2022 à 13:03 –

Actualisé

14/02/2022 à 13:03

Lassés des désagréments d’une offre réduite, plusieurs groupements d’usagers des transports en commun d’Île-de-France ont écrit à Valérie Pécresse, présidente de région et d’Ile-de-France Mobilités (IDFM), demandant li que « le service [ …] sera restauré à 100 % dès que possible. »

L’offre revenue à 98 % 

L'offre revenue à 98 % 

« Ile-de-France Mobilités maintient les réductions de l’offre de métro, RER, Transilien, trams et bus alors que les usagers sont à nouveau très nombreux dans les transports, avec un fort embouteillage aux heures de pointe », déplorent ensemble une dizaine de groupements – dont la Fédération nationale . des associations d’usagers des transports (FNAUT) Ile-de-France, de l’association Plus de trains ou encore des groupements d’usagers des RER B, C et D, dans un courrier adressé à Valérie Pécresse.

Selon eux, « les trois quarts des lignes de métro connaissent un approvisionnement réduit », où les risques de contamination par le Covid-19 augmenteraient donc. Lire aussi : Covid-19 : les masques sont de retour dans les transports en commun, mais toujours pas obligatoires. « Ces coupes dans l’approvisionnement normal sont incompréhensibles dans un contexte où les salariés retournent au bureau et où les variantes du Covid sont très contagieuses », expliquent-ils encore, et jugent « essentiel de rétablir l’approvisionnement au plus vite ». l’éviter « . surchargeant nos transports en commun ».

« Depuis des mois et des mois, il y a moins de bus et de métros en Ile-de-France. Cette décision de Valérie Pécresse est absurde et dégrade la vie de millions de personnes », a déclaré David Belliard, adjoint au maire de Paris chargé des transports, en soutien à ces associations qui, selon lui, ont raison d’exiger le remboursement à 100 % des transports. offrir ‘.

Du côté d’Ile-de-France Mobilités, la réponse est claire : l’offre de transports en commun atteint désormais 98 % de ce qu’elle était avant la crise sanitaire, alors que l’assistance n’était encore qu’à 76 % par semaine passée. La régie des transports de démarcation souligne également que les lignes les plus fréquentées, comme les RER A et B ou les lignes 7 et 13, sont déjà utilisées à 100 %.

Cependant, le ressenti sur le terrain est tout autre. « Depuis plus d’un an, plusieurs lignes ont une offre réduite de moitié pendant les heures creuses ou le week-end de manière incompréhensible. Comme si certaines zones de la périphérie devaient payer le prix d’une crise sanitaire qui nous submerge », écrivent les groupes d’usagers, qui prennent l’exemple des lignes U et N, où il faut attendre une heure au mig ». de la journée ou du week-end » pour prendre un train.

Toulouse. Métro, bus, tram : pour favoriser les transports en commun à la rentrée
Lire aussi :
Début juillet, Tisséo décide de la tarification des transports en commun de…