Pénurie de carburant : en Auvergne, les professionnels du transport face à des problèmes d’approvisionnement

Le manque de carburant n’est pas seulement une préoccupation pour les conducteurs. En Auvergne, les spécialistes du transport routier ne cachent pas leur inquiétude si la situation devait perdurer.

Une grève des travailleurs de TotalEnergies et d’ExxonMobil entraîne des pénuries de carburant et des difficultés d’approvisionnement. En Auvergne, les spécialistes du transport routier ne s’alarment pas. Ils espèrent débloquer la situation. Bruno Bernardin, président de la Fédération nationale des transports routiers d’Auvergne (FNTR), est néanmoins inquiet. Il est également directeur d’une société de transport à Lapalisse, Allier. « Nous sommes plus qu’inquiets. J’ai plus de 100 véhicules. Si cela continue, demain j’aurai une cinquantaine de camions qui ne peuvent pas rouler. La plupart des camions roulent au diesel. Seuls les rares qui roulent dans le colza en sortent. Aujourd’hui, j’appelle les stations-service depuis six heures du matin et je ne trouve pas de carburant », explique-t-il.

Il attire l’attention sur le désintérêt des autorités de l’Etat pour le sujet qu’il considère comme prioritaire : « La profession est inquiète. Nous alertons les autorités depuis vendredi. Le lendemain, le ministre dit qu’il n’y a pas de pénurie. Nous ne comprenons pas. Une grève des raffineries paralyse la France et nous la laissons faire. Je ne suis pas d’accord. J’ai le droit de grève, mais je n’accepte pas que la France soit paralysée. Bruno Bernardin craint des conséquences importantes si la situation perdure : « Nous approvisionnons les supermarchés, les épiceries, les bouchers en produits de première nécessité. Lorsque les camions restent à quai, les biens de première nécessité comme le papier toilette ou le sucre ne sont pas livrés à ces commerces. Mais cela ne semble pas en déranger plus d’un. Je n’entends rien, je ne vois rien. Parlons de la situation des médecins et des infirmières, que je comprends. Mais si cela continue, les gens ne pourront plus se nourrir. Le chef d’entreprise pense aussi à ses salariés : « Mes salariés en ont marre de courir faire le plein, d’attendre deux heures pour faire le plein. Si je suis obligé de les mettre au chômage technique, leur pouvoir d’achat s’en trouvera encore plus dégradé. Je ressens du ressentiment. Si nous arrêtons de conduire, cela nuira à mon entreprise. Ce n’était vraiment pas le bon moment après la hausse des prix de l’énergie.

Les conséquences en aval de la chaîne ne se font pas sentir pour le moment. Rodrigue Serman, gérant du supermarché de Clermont-Ferrand, donne un aperçu des livraisons de son supermarché : « Pour le moment, la livraison fonctionne car nous sommes centralisés. Les marchandises arrivent via notre siège social avec des transporteurs locaux. Nous parvenons généralement à livrer. Les pénuries dans nos magasins sont liées à des problèmes de fournisseurs qui manquent de linge et de personnel. Toujours à Clermont-Ferrand, le gérant du supermarché Jean-Jacques Biamonti est plus prudent : « Si les camions ne peuvent pas faire le plein, il y aura forcément des conséquences. La balle est entre les mains des politiciens et des entreprises qui font ce travail et qui gâchent constamment la vie des utilisateurs. Il faut qu’ils déménagent avant le week-end ou ils vont manquer d’autre chose que du carburant. La nourriture peut affecter, produit frais. Il ajoute : « Le rythme des livraisons n’a pas ralenti, mais je pense qu’il ralentira inévitablement d’ici la fin de la semaine. S’il n’y a plus de gasoil dans les réservoirs des camions pour faire circuler les remorques, les livraisons ne seront pas faciles. Cela peut être stressant. Mais je suis optimiste. Ça avance bien, sinon il va y avoir une guerre civile. » Kevin, le gérant d’un supermarché à Clermont-Ferrand, partage le même sentiment : « Je ne suis pas du tout inquiet. On se fait livrer comme d’habitude. Mais s’il ça prend des semaines et des semaines, ça risque d’être problématique.Jusqu’à présent nous n’avons eu aucun problème logistique.Nous n’avons pas reçu de mail de notre centrale d’achat.

Un autre secteur qui pourrait être fragilisé par l’impasse est le transport par bus. Jean-Christophe Robin, gérant des Transports Robin à Issoire, a quelques inquiétudes : « Nous réalisons 50 % de notre chiffre d’affaires avec les bus scolaires. L’autre moitié est le transport accessoire. Nous avons un réservoir dans notre entreprise, donc le diesel est livré. Pour le moment, il est possible de commander du carburant auprès de son fournisseur, mais en plus petites quantités. Il livre 20 à 50 % de moins que ce que nous commandons habituellement. Jusqu’à présent, cela ne nous a pas beaucoup touchés. J’ai un bus qui est à l’étranger depuis 10 jours, mais une fois rentré en France, j’ai peur qu’il ne soit pas plein. Il faut absolument pouvoir mettre du diesel dans les autobus scolaires. Nous avons aussi des coachs à l’étranger. S’il reste dans cette situation, ce sera très difficile. Son entreprise compte 35 véhicules dans sa flotte. Il décrit en détail le fonctionnement du ravitaillement : « Nous avons un petit réservoir de 10 000 litres. Dans le tourisme, septembre et octobre sont des mois de forte demande, surtout avant les vacances scolaires. Nous consommons habituellement 10 000 litres en 10 à 15 jours. Mon fournisseur m’a livré un peu moins de deux semaines.

Jean-Christophe Robin, opérateur de bus

Jean-Christophe Robin réfléchit déjà à faire des choix si la situation l’exige : « Nous attendons et demandons si nous pouvons fournir le diesel pour rouler. L’avenir me fait peur. S’il n’y a pas d’amélioration, je pense que c’est très difficile. Nous ne pouvons pas reprendre nos sorties scolaires et l’école. Nous arrêtons les bus à des fins touristiques par ordre de priorité, car les enfants doivent être emmenés à l’école en priorité. Le chef d’entreprise s’inquiète également pour ses salariés : « Je suis dans ce métier depuis quinze ans : je n’ai jamais vécu une telle situation. Je suis hyper inquiet. Je pense qu’on peut tenir au moins jusqu’aux vacances scolaires. Nous avons aussi un problème avec la gestion de nos autocars, mais c’est aussi un problème pour nos managers de se rendre au dépôt pour récupérer les autocars. Ils ne peuvent pas travailler à distance, c’est donc un gros problème. Pour Jean-Christophe Robin, cette situation est un problème nouveau pour son entreprise : « Nous sommes passés par le COVID, par la guerre en Ukraine. Maintenant, nous l’avons. Il nous est très difficile de nous projeter dans un futur proche.

Dans les transports en commun de la région clermontoise, les responsables ont réagi aux premières tensions. Richard Peyrin, directeur général de T2C, déclare : « Nous n’avons aucune inquiétude. La flotte est composée à 60 % de carburant diesel et à 40 % d’essence. Il a l’avantage de ne pas être tout diesel. En dehors de cela, nous avons des réservations. Nous stockons environ 230 000 litres de gazole sur nos deux sites de Pardieu et Champratel. Nous avons environ 3 semaines de réserves. » Pour le moment, il n’y a pas de difficulté majeure : « Nous avions anticipé le coup et rempli nos réserves au maximum. Nous avons plus de 3 semaines de réserves pour pouvoir fonctionner normalement. pas de souci particulier. Agents, covoiturage, véhicules hybrides et entre ces organismes on peut couvrir tous les services. Il travaille en collaboration avec les services publics : « Nous sommes un service public qui est important pour le fonctionnement de l’économie. Nous sommes en contact avec les préfecture pour tenter de prévenir si la situation devait vraiment devenir tendue et durer longtemps.T2C est alimenté par plusieurs fournisseurs, qui répondent aux appels d’offres en fonction de leurs capacités.

À l’avenir, les spécialistes des transports surveilleront les annonces du gouvernement et espèrent une résolution rapide de la situation.

les bidons d’essence à transporter ne doivent pas dépasser 60 litres. vos jerricans ou bidons doivent être homologués. L’agrément est matérialisé par une plaque lisible et brillante apposée sur le contenant et comportant le symbole ONU.

Est-ce qu’il y a une pénurie d’essence ?

Reposez en paix les gens : il n’y a pas de pénurie d’essence et a priori il n’y en aura pas. A voir aussi : Pouvoir d’achat – Moins d’impôts pour les travailleurs.

Quel est le prix actuel de l’essence en France ?

Comment faire baisser le prix de l’essence ?

7 conseils pour faire baisser le prix d’un plein de carburant Sur le même sujet : Pénurie de carburant : que faire si le salarié ne vient pas travailler ?.

  • N’attendez pas la dernière minute pour remplir. …
  • Ne te presse pas…
  • Remplissez le matin. …
  • Préférez les stations-service hors du réseau autoroutier. …
  • Profitez toujours de votre voyage au Luxembourg ou en Espagne.

Pourquoi y A-t-il une pénurie de carburant ?

La première raison est le blocus de la base pétrolière des Flandres près de Dunkerque (Nord), où les attaquants de TotalEnergies sont massivement mobilisés depuis le 26 septembre. Sur le même sujet : Carburant : baisse des prix acceptable, mais pas suffisante pour certains conducteurs.

Quel est le meilleur moment pour faire le plein d’essence ?

Mais le meilleur moment de la journée pour faire le plein est le matin. La raison est assez simple : la température est plus favorable à l’essence. En effet, ce dernier est stocké dans des stations-service enterrées sous la station-service.

Matadi : hausse du prix des transports suite à la spéculation sur le prix des carburants
Ceci pourrez vous intéresser :
Publié le dim, 09/11/2022 – 19:07 | Modifié le dim, 09/11/2022 -…

Comment faire le plein d’essence gratuit ?

Vous pouvez également les échanger contre des tickets carburant prépayés, ce qui est un moyen particulièrement attractif et gratuit de se ravitailler en carburant. Ouvrez un nouveau compte courant ou d’épargne. Certaines banques offrent de l’essence gratuite pour attirer de nouveaux clients.

Comment demander un chèque carburant ? Pour utiliser le chèque carburant, les personnes concernées doivent : attendre la réception de l’avis d’imposition 2022 ; Connectez-vous sur le site de la Direction Générale des Finances Publiques (DGFP) et postulez en envoyant une attestation.

Où trouver du carburant à 1 € ?

Bon jusqu’à 100, Total commencera aussi Demain et Samedi au casino et Géant Casino il est possible de trouver du carburant pour 1 â¬, mais sous certaines conditions : la remise est valable sous forme de bon d’achat pour une durée de 1 â ¬ litre et le prix payé à la station jusqu’à 50 litres.

Comment gagner du carburant ?

Engagez le rapport le plus élevé au moment optimal, soit 2500 tr/min pour le moteur essence et 2000 tr/min pour le moteur diesel. Ne dépassez pas les 3000 tr/min, car plus vous montez dans les tours, plus vous consommez de carburant. Cela dépend aussi de la voiture que vous avez.

Comment mettre de l’essence et payer plus tard ?

Si vous voulez payer votre essence en liquide, c’est désormais possible ! Vous pouvez le faire en vous présentant à l’accueil de votre magasin au terminal de paiement désigné. La borne vous donne un ticket, vous le scannez à la station service et le tour est joué !

Ceci pourrez vous intéresser :
Sur les routes ou dans les transports en commun en Île-de-France, voici…

Quand carburant prix coûtant Leclerc 2022 ?

Plus de 600 stations-service sont concernées, pour cela il faut se rendre dans une station-service Leclerc. En effet, la marque française propose le fonctionnement au prix du carburant. L’opération se déroule du jeudi 28 juillet au samedi 30 juillet 2022. Elle est proposée dans toutes les stations de l’enseigne.

Quand le diesel deviendra-t-il moins cher en 2022 ? Instituée par le gouvernement à partir du 1er avril 2022, la remise carburant changera à partir du 1er septembre. Les aides d’urgence pour soutenir les automobilistes face à la hausse des prix se multiplient aujourd’hui et se poursuivront encore quelques mois.

Est-ce que Leclerc fait l’essence à prix coûtant ?

Michel-Édouard Leclerc, président du comité stratégique des Centres Leclerc, a annoncé ce matin la mise en place d’une opération tarifaire sur les prix des carburants le week-end prochain.

Quel supermarché fait l’essence à prix coûtant ?

C’est un moyen de faire le plein moins cher que d’habitude. Les opérations visant à vendre du carburant à prix coûtant sont souvent organisées par de grandes enseignes telles que Casino, Leclerc, Carrefour, Super U, Auchan, Intermarché, etc.

Voir l’article :
Où investir en 2023 immobilier ? SCPI. Les SCPI (sociétés d’investissement immobilier)…