Sobriété énergétique : faut-il éteindre tous les écrans publicitaires ?

Publié

Jeudi 15 septembre 2022 à 12h49

Pendant la sobriété énergétique, plusieurs ONG appellent à éteindre tous les panneaux publicitaires lumineux que l’on trouve dans les gares ou dans la rue. Le gouvernement préfère évoquer des coupes ponctuelles en cas de pics de consommation.

Les panneaux publicitaires poussent comme des champignons dans les gares, les transports en commun et même dans les centres commerciaux. Selon le Bilan du réseau de transport d’électricité publié en février 2022, 9 000 écrans ont été installés en 2019, soit une augmentation annuelle de 20 % selon RTE.

Des écrans jugés trop énergivores

Des personnalités qui, en plein débat sur la sobriété énergétique, forment un collectif constitué d’organisations non gouvernementales telles que Greenpeace, Alternatiba, Plein la Vue ou encore Résister à l’agressivité de la publicité. Dans une pétition publiée lundi, intitulée « Monsieur le Président, éteignez les écrans », ils exigent qu’Emmanuel Macron mette fin à ces panneaux d’affichage. Lire aussi : Une baisse importante des prix des transports en commun dans le Grand Avignon. Le gouvernement travaille actuellement sur une réglementation pour les éteindre entre 1h et 6h du matin.

Cette réglementation est jugée insuffisante par les associations. Ils pointent la pollution lumineuse causée par ces écrans, mais aussi le gaspillage d’énergie qu’ils engendrent : l’ADEME estime la consommation d’un écran de 2m2 à 2000 kWh/an, soit consommation annuelle des ménages, hors chauffage et eau chaude.

Vous devez accepter les cookies des réseaux sociaux pour voir ce contenu Twitter.

Ces cookies vous permettent de partager ou de réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés, ou d’intégrer des contenus initialement postés sur ces réseaux sociaux. Ils permettent également aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Répondant à cette question lors d’une conférence de presse consacrée à la situation énergétique mercredi, le ministre de l’énergie de la transition n’a pas évoqué la future interdiction. Agnès Pannier-Runacher plaide plutôt pour des coupures ponctuelles : « S’il y a des tensions sur le réseau électrique, on peut exiger que ces écrans soient éteints et, d’ailleurs, la RATP ou un certain nombre d’acteurs s’y préparent. Il y a un petit bémol à cela : certains écrans s’éteignent manuellement et donc tous ne fonctionnent pas. Je rappelle que ce n’est pas là qu’on tire le plus de mégawatts », explique-t-il (42,37 pouces ci-dessous).

Vous devez accepter les cookies des réseaux sociaux pour voir ce contenu Twitter.

Ces cookies vous permettent de partager ou de réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés, ou d’intégrer des contenus initialement postés sur ces réseaux sociaux. Ils permettent également aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Un porte-parole de Réseau Action Climat juge le discours, interrogé par France Inter, trop prudent : « la réaction du ministre est assez symbolique. Il dit : ‘Oh, c’est difficile’ : on voit qu’il n’y a pas vraiment de volonté d’agir. » sont un symbole et qui appellent à la surconsommation partout. Cette remise en cause, le gouvernement ne va pas le faire », juge Anne Bringault.

Déjà en 2020, la Convention citoyenne pour le climat proposait d’interdire les écrans vidéo publicitaires « dans l’espace public, les transports en commun et les points de vente ».

Trouvez-vous cet article intéressant?

Ligne B du tramway : Pour l'ADTT, l'option d'abandonner Béranger est une mauvaise nouvelle - Info Tours
Sur le même sujet :
✗Le saviez-vous ? Info Tours est un site gratuit et accessible à…