Transports en Ile-de-France : Valérie Pécresse réclame 4 milliards à l’Etat

« Bien sûr, le compte n’est pas là. La présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, s’est plainte avant la rencontre de vendredi avec le nouveau délégué du ministre chargé des transports, Clément Beaune, qu’elle recevait trop peu d’argent pour les besoins de transport de la région. Alors que l’Etat n’a pour l’instant engagé que 200 millions d’euros, Valérie Pécresse réclame 4 milliards d’euros à l’Etat dans un entretien au Parisien vendredi.

Valérie Pécresse, qui préside également la régie régionale des transports Ile-de-France Mobilités, estime à 10 milliards d’euros les besoins financiers pour les cinq prochaines années, en plus du projet de métro du Grand Paris. « Il s’agit juste de moderniser l’existant, d’agrandir et de mettre en oeuvre des projets qui sont dans les cartons depuis dix ans et que tout le monde attend », a déclaré l’élu LR.

70 % des usagers des transports en commun en France sont en Ile-de-France

« Ils sont extrêmement importants et pourront résoudre les problèmes des RER A, B, D, E, mais aussi l’ensemble du réseau, etc. Lire aussi : Coronavirus en France, situation samedi 23 juillet 2022. » des lignes de métro, de tramway ou d’agrandissement de gare.

« Je suis prêt à payer en euros quand l’Etat paie un ou « 4 milliards » pour l’Etat, pareil pour la région, et le reste pour les départements d’Ile-de-France et la ville de Paris. Entretien avec Valérie Pécresse à Paris. La Première ministre « Elisabeth Borne, lorsqu’elle était au ministère des Transports, a eu le courage de dire qu’il faut privilégier les transports du quotidien », a-t-elle rappelé, notant que 70% des usagers des transports en commun en France se situent en Ile-de-France. S’il n’y a pas d’accord avec l’Etat, « d’ici fin 2022, nous ne pourrons pas poursuivre les projets en cours », a prévenu Valérie Pécresse.

Cette interview intervient quelques jours seulement après l’évacuation des usagers des RER B et D vers les voies. « Des incidents d’une ampleur rarissime dans plusieurs RER, qui auraient pu être extrêmement graves », déplore dans un communiqué le collectif des Gauches communistes, écologistes et citoyens au conseil régional d’Ile-de-France, qui estime que Valérie Pécresse « ne ne mesure plus les besoins financiers des projets prévus ou en cours, et encore moins de projets à lancer en urgence si la région doit faire face à une crise climatique absolue ».

Voir l’article :
De La photo éditoriale de My B. Publié le 29 novembre 2022…