Amélioration du transport scolaire au Pays basque : à Hendaye, la Ville va compenser

Par Fabien Jans – f.jans@sudouest.fr Publié le 23/06/2022 à 10:53 Mis à jour le 23/06/2022 à 14:08

A la demande du Maire Kotte Ecenarro, le Centre Collectif d’Action Sociale doit étudier « la mise en place d’une aide complémentaire aux ménages les plus vulnérables souhaitant profiter du réseau de transports en commun »

La nouvelle formule d’abonnement aux transports scolaires, proposée par l’Union Pays Basque Mobilité Adour, fait sensation, principalement dans les communes du Sud Pays Basque. Nouvelle illustration, mercredi 22 juin 2022, lors de la manifestation du conseil municipal d’Hendaye. L’ordre du jour bouclé, l’élue du groupe d’Hendaia Biltzen, Laetitia Navarron, a appelé …

La nouvelle formule d’abonnement aux transports scolaires, proposée par l’Union Pays Basque Mobilité Adour, fait sensation, principalement dans les communes du Sud Pays Basque. Nouvelle illustration, mercredi 22 juin 2022, lors de la manifestation du conseil municipal d’Hendaye. L’ordre du jour bouclé, l’élue du groupe d’Hendaia Biltzen, Laetitia Navarron, a interpellé le maire, Kotte Ecenarro, par une question écrite.

L’élu a fait part de l’inquiétude des familles Hendayan qu’il n’y a rien de mieux que la retenue financière en raison de l’évolution de la carte de transport scolaire vers le passeport de Txik Txak – 28 ans. L’avantage de pouvoir voyager en illimité, non seulement sur les circuits scolaires attribués à l’enfant entre le domicile et l’école, mais aussi sur toutes les lignes du réseau tout au long de l’année, y compris pendant les week-ends et vacances scolaires, selon. le conseiller sur « la double méconnaissance manifestée par le prix, extrêmement élevé pour de nombreuses familles, et par le non recours à une telle offre pour la majorité des utilisateurs. Nous sommes favorables au développement des transports publics. Mais cela ne devrait pas se faire en augmentant les tarifs sans préavis ni discussion. »

Inscriptions en cours

Inscriptions en cours

A la demande de sa propre intervention et du premier adjoint au Syndicat de la mobilité, pour que ce dernier « revoie sa tarification et propose, comme avant, deux formules qui permettent de choisir », le maire Kotte Ecenarro, il a d’abord rappelé que l’affaire appartenait bien à l’agglomération, et que « cette demande aurait dû être faite pour elle-même ». Voir l’article : Entre la fin de l’épidémie et le passage au pouvoir, les transports publics nécessitent un soutien gouvernemental important..

Toutefois, l’édile n’a pas rejeté la demande en bloc, après avoir entendu les arguments de ses co-électeurs, « donc cette motion n’est pas appropriée. Comme je l’ai déjà dit au président du syndicat, Jean-François Irigoyen, et je remonterai au président de la CAPB, Jean-René Etchegaray ».

Face à l’urgence, alors que les inscriptions aux transports scolaires pour l’année 2022/2023 sont ouvertes à partir du 30 mai et le resteront jusqu’au 2 août, le maire d’Hendaye préférerait néanmoins attendre le maintien de cette nouvelle formule au mandat du Centre Commun d’Action Sociale. Action. étudier la « mise en place d’une aide complémentaire pour les ménages les plus vulnérables souhaitant profiter du réseau de transports en commun ».

Ceci pourrez vous intéresser :
Les élus locaux et les représentants des usagers pointent du doigt un…

600 élèves concernés

La proposition sera sur le plateau du conseil d’administration du CCAS le 7 juillet. L’enjeu sera « d’adopter un dispositif d’accompagnement pour aider les étudiants en fonction de leur quotient familial, quel que soit leur statut ; utiliser les différentes tranches de ce quotient familial jusqu’à 1 000 euros pour aider progressivement les familles comme nous le faisons pour les cantines scolaires ; maintenir un solde dû d’au moins 10 euros pour les plus grands bénéficiaires de l’aide. Cela nous permettra d’accompagner plus de 600 étudiants d’Hendaye pour un total de 30 000 euros à prélever par la Ville. »

Lire aussi :
En raison de l’inflation, la métropole niçoise doit économiser 25 millions d’euros…