Coups de feu tirés dans un bus à Rennes : cinq mineurs et un majeur traduits en justice

Cinq mineurs et un jeune majeur, qui ont été impliqués dans une altercation et des coups de feu dans un bus à Rennes, sont mis en examen pour « violences de réunion » et « violences avec arme » et renvoyés devant le tribunal, a-t-on appris jeudi 30 juin de source judiciaire. .

A lire aussiViolence, infidélité, machisme… Pourquoi les femmes ont tort de voir des « pervers narcissiques » partout

Ces violences ont eu lieu le 6 juin dans un bus en provenance de Rennes, place de la République. Il y avait eu une altercation entre plusieurs personnes montées dans le bus et un mineur, « qui avait dégainé une arme à feu qu’il avait utilisée à trois reprises et s’était blessé », rappelle à l’AFP le procureur de la République de Rennes Philippe Astruc, confirmant une information de la police. presse locale. « Poursuivis au titre de la qualification de rassemblement prémédité dans les transports en commun », cinq mineurs âgés de 15 à 17 ans ont été jugés et comparaîtront devant le tribunal de la jeunesse le 6 octobre.

Violence avec préméditation

Violence avec préméditation

L’un d’eux, l’auteur des enregistrements, répondra des faits de « violences avec arme » avec ITT moins de 8 jours dans les transports en commun. « Il fait également l’objet d’une ordonnance de placement avec éloignement de Rennes », a ajouté le procureur. Un sixième prévenu, âgé de 18 ans, doit comparaître devant le tribunal correctionnel le 8 décembre. Sur le même sujet : Une femme incendiée dans une gare de Toronto Actualités en France et à l’étranger. Il devra répondre « de faits de violence lors d’une rencontre préméditée dans les transports en commun », a précisé Philippe Astruc. Tous les six ont été placés sous contrôle judiciaire.

Selon le procureur de la République, sept personnes ont été interpellées mardi à la suite des investigations, dont un mineur. « La mineure a été libérée, aucun acte qualifiant pénalement ne peut lui être imputé », a précisé le magistrat. Notamment, selon le procureur, l’enquête diligentée par la police judiciaire de Rennes a permis grâce à des images de vidéosurveillance du bus que « plusieurs personnes étaient montées à bord du bus et avaient eu une altercation » avec un mineur blessé sur le côté du bus. coups. Selon l’enquête, il avait « sorti une arme à feu qu’il avait utilisée à trois reprises, dans laquelle il s’était blessé ».

A lire aussiOtage, massacres… former les gendarmes avec l’armée

Les personnes avaient pris la fuite après les tirs, mais « l’enquête a permis d’identifier cinq personnes », dont deux personnes blessées par les tirs, « l’une à la main et l’autre à la cuisse », sans passer par la police. police de signaler leurs blessures.

Montpellier : le chauffeur du bus conduisait dangereusement avec 3 grammes d'alcool dans le sang
Sur le même sujet :
C’est un passager inquiet du comportement du chauffeur qui a prévenu la…