« Demandez à Angela ici » : qu’est-ce que ce nouvel autocollant de fenêtre ?

Une initiative gouvernementale se répand dans les entreprises françaises. A Lyon, Bordeaux ou Rouen, les vitrines des magasins sont décorées d’un autocollant violet avec la mention « Ici demande Angèle » pour lutter contre le harcèlement de rue.

Cette initiative est née sur le modèle du Royaume-Uni avec « Ask for Angela ». Le prénom a été choisi en référence à un ange, symbole de protection. L’objectif est de créer un réseau d’espaces sécuritaires sur l’ensemble du territoire pour protéger les personnes qui ne se sentiraient pas en sécurité dans la rue. En France, 8 jeunes femmes sur 10 (18-24 ans) ne se sentent pas en sécurité dans la rue et la majorité des femmes ont été harcelées ou suivies dans la rue ou dans les transports en commun, selon un sondage YouGov opinion publié en mars dernier. Ce système a été créé pour prévenir et lutter contre ce type de harcèlement.

Mise en sécurité par le personnel

Les personnes qui ne se sentent pas en sécurité peuvent se rendre dans un commerce où le logo « Ici demandez à Angela » est collé, et demander « où est Angela ? ». Les victimes seront alors automatiquement prises en charge et mises en sécurité par le personnel de l’établissement. Voir l’article : Dijon. Nouvelle grève sur le réseau Divia le samedi 23 juillet, la circulation des bus et trams…. Bars, commerces de proximité, hôtels ou restaurants, de plus en plus d’organismes suivent cette initiative mise en place depuis quelques mois.

Pour adhérer au dispositif, un organisme doit remplir un formulaire et signer la charte d’engagement disponible sur le site du gouvernement. Les intervenants recevront ensuite une formation d’organismes tels que le Planning Familial, pour savoir répondre et écouter les victimes tout en calmant leurs pensées et en ne portant pas de jugement. Les acheteurs qui ont déjà apposé l’autocollant sur leur vitrine ont un réel désir d’aider et de mettre les victimes en sécurité.

Cette initiative va dans le même sens que le « Angel shot » qui est déjà en opération depuis plusieurs années dans les bars et boîtes de nuit du monde entier. Une personne qui se sent en danger lors d’une soirée peut se rendre au bar et commander un « Angel shot » dont les ouvriers s’occuperont.

Par honte d’aborder un sujet tabou, par culpabilité, l’homme battu peut se taire longtemps et minimiser les violences physiques ou morales qu’il subit sans rechercher de protection. Il s’isole, se met en fait en danger, voire met les enfants en danger sans le savoir lorsque la violence est commise devant les enfants.

Voir l’article :
Le Dauphiné Libéré, en tant que responsable de traitement, collecte des informations…

Comment faire une demande d’ordonnance de protection ?

Afin de bénéficier de l’ordonnance de protection, notamment d’une mesure d’éloignement ou d’expulsion du prévenu, la victime peut saisir en urgence le JAF territorialement applicable, soit le lieu du domicile conjugal, soit le lieu de résidence du prévenu ou de la victime. Ceci pourrez vous intéresser : Voyage : 4 sacs de transport pour animaux à petit prix. .

Qui peut faire appel d’une ordonnance de protection ? En cas de violence, il est possible de s’adresser au juge aux affaires familiales pour demander une ordonnance de protection. Cette mesure conservatoire permet au magistrat de statuer rapidement sur une situation dangereuse.

Qui peut demander une mesure d’éloignement ?

Depuis la loi du 4 avril 2006, les mesures d’éloignement peuvent concerner le conjoint, l’ex-conjoint, le concubin, l’ancien concubin, mais aussi le partenaire pacsé et l’ancien partenaire pacsé. Cette loi étend également les circonstances aggravantes à de nouveaux crimes (meurtre, viol, mais aussi agression sexuelle). Ceci pourrez vous intéresser : Longwy. Lancements touristiques : contre-attaque des tuk-tuks.

Stations de métro fermées, points de filtrage : le dispositif de sécurité du 14 juillet à Paris
Voir l’article :
Plus de 12 000 policiers, gendarmes et pompiers se mobilisent pour assurer…

C’est quoi un masque 19 ?

Il a en tout cas sauvé vendredi 5 novembre une femme de 53 ans à Montpellier. Frappée et étranglée par son ex-concubin, elle a trouvé refuge dans une pharmacie du quartier des Beaux-Arts et prononcé « masque 19 », code d’alerte. qui permet de signaler discrètement les actes de violence domestique.

Qui a remplacé le masque 19 ? Le gouvernement des îles Canaries a été le premier à réagir face au risque de violence pendant la période de l’esclavage. Le 17 mars, un système d’alerte a été mis en place : grâce au mot avec Mascarilla-19 qui se traduit par « Masque-19 », les femmes victimes peuvent signaler cet abus aux autorités espagnoles.

Vaste opération de contrôle menée dans les bus scolaires par les gendarmes du Lot
Lire aussi :
l’essentiel Le contrôle minutieux des bus scolaires a été effectué par les…

Qui appeler en cas de femme battue ?

Les femmes victimes de violences peuvent contacter le 3919. Gratuit et anonyme, ce numéro de téléphone est désormais accessible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Depuis le 30 août 2021.

Quel métier pour aider les femmes battues ? Appels

  • Médiateur Conjugal / Médiateur Conjugal.
  • Conseiller conjugal / Conseiller conjugal.
  • Responsable de l’aide familiale et de la médiation.
  • Médiateur Teulu / Médiateur Familial.
  • Conseillère conjugale et familiale.

Comment faire quand on est une femme battue ?

En tant que victime de violences conjugales, vous pouvez contacter les organismes suivants : 3919, service spécialisé dans les violences faites aux femmes. Association du réseau français des Victimes, à travers le numéro 116 006 Victimes. Centre d’information sur les droits des femmes.

Pourquoi appeler le 3919 ?

Le 3919 est le numéro national de référence pour l’écoute téléphonique et l’orientation des femmes victimes de violences (notamment conjugales), de leur entourage et des professionnels concernés.

Qui gère le 3919 ?

En 2020, 99.538 appels ont été pris en charge, soit une augmentation de 22% par rapport à 2019, selon les chiffres communiqués mardi par la FNSF, qui gère la ligne depuis sa création en 1992.

Qui a fondé 3919 ? Dès 1992, la Fédération Nationale Solidarité Femmes crée le service téléphonique national « Violence Conjugale – Femmes Info Service » qui devient 3919 -Violences Conjugales Info en 2007. En 2014, les missions du 3919 sont donc élargies pour répondre à toutes les formes de violences faites aux femmes.

Comment travailler pour le 3919 ?

Bac 3 minimum ou équivalent Santé et action sociale (psychologue, MP, CESF, conseillère conjugale, juriste…). Cette formation est essentielle. Vous êtes dynamique, faites preuve de bienveillance, d’empathie et de non-jugement, vous savez résister au stress.