EUR. Le réseau de transport public SNgo est toujours aux prises avec une pénurie de trafic

L’agglomération Seine Normandie a fait le point sur son réseau de transports en commun : les chiffres pour 2021 sont encore inférieurs à ceux de 2019.

Par Mélissa Pro

Publié le 31 juillet 22 à 18h36

L’absence de touristes en 2021 pénalise le réseau de transports en commun de l’agglomération Sena Normandia (SNA).

Conséquence des restrictions sanitaires

C’est en tout cas l’une des raisons citées par Aline Bertou, vice-présidente Mobilité et Déplacements au SNA, pour expliquer la participation encore faible en 2021. Réunis en conseil communautaire le 30 juin 2022, les conseillers devaient décider si de partager ou non le déficit enregistré par la société délégataire Transdev Normandie Val-de-Seine.

2020 n’est pas la seule année à avoir été fortement marquée par la crise sanitaire, les fréquentations enregistrées par SNgo en 2021 montrent que les effets des règles de confinement et des restrictions de déplacements ont continué à impacter le réseau de bus. Ceci pourrez vous intéresser : Pourquoi Bordeaux Métropole choisit-elle de garder Kéolis en charge des transports publics en 2023 ?.

Pour le calcul du service, le réseau se base sur sa dernière année « normale », c’est-à-dire sans restrictions sanitaires, en 2019. Pour 2021, les chiffres sont encore en dessous. En effet, en 2019, SNgo a enregistré un peu plus de 450 000 voyageurs, contre un peu moins de 350 000 en 2020 et un peu plus de 400 000 en 2021.

Le bilan SNgo en 6 points

Les restrictions de voyage au premier semestre 2021 ont particulièrement affaibli la participation. A voir aussi : Lyon/Caluire. Ascension de la Boucle : Metropolis et la mairie de Caluire se battent…. Notamment la ligne reliant la gare de Vernon à Giverny (Eure), la saison n’a pu démarrer que le 19 mai, au lieu de fin mars normalement et peu de visiteurs se sont présentés pour la reprise (lire encadré).

1. Le réseau urbain de Vernon et Saint-Marcel : avec 348 970 validations en 2021, le secteur est équilibré en termes de desserte, avec une légère hausse de 0,31 % par rapport à 2019.

2. Le réseau urbain Pacy-sur-Eure et Ménilles : seul secteur du réseau en constante progression, enregistre une hausse de fréquentation de 14,2% par rapport à 2019 et de 25,6% par rapport à 2020.

3. Le réseau urbain Écos – Gasny – Vernon : avec 11 654 validations en 2021, le secteur enregistre 1,6 % de trafic en plus qu’en 2019.

4. Réseau urbain Les Andelys et Frenelles-en-Vexin : nouvelle billetterie en février et 16 347 validations en 2021 (hors janvier et février).

5. Le bus de Giverny : baisse de 76% du nombre de passagers entre 2019 et 2021 avec 75 858 validations en 2019 contre 18 518 en 2021.

Cotentin. Le réseau de transports en commun d'Agglo élargit son offre à la demande
Lire aussi :
A partir du 1er juillet 2022, Cap Cotentin, le réseau de transports…

Partager le déficit

6. Chiffre d’affaires : 622 048 € en 2019, 242 135 € en 2020 et 351 099 € en 2021. Ceci pourrez vous intéresser : SNCF : 25 tweets fun sur vos réseaux sociaux préférés (ou pas).

Ce n’est qu’à partir du second semestre, et surtout à partir de septembre 2021, que le public a de nouveau augmenté. La SNA explique cette redynamisation du secteur Vernon Saint-Marcel par « une réorganisation des lignes et une optimisation des dessertes », qui a tout de suite réussi et qui, donc, annonce de meilleurs résultats pour 2022.

De fait, les premiers chiffres enregistrés pour 2022 confirment cette tendance de retour des usagers vers les transports, avec une hausse par rapport aux chiffres de 2021. La ligne 8, qui circule sur le secteur des Andelys et de Frenelles-en-Vexin, enregistre également une progression satisfaisante depuis l’été. de 2021, avec une moyenne de 1 500 voyages enregistrés par mois.

«Malgré tout cela, nous avons toujours un déficit. Cette baisse étant due aux restrictions sanitaires, il est proposé de diviser ce déficit par deux entre la collectivité et le délégataire. »

Les conseillers ont convenu à l’unanimité de partager le déficit qui s’élève à 293 510 euros et de régler 146 755 euros.

Lyon : La préfecture promet des contrôles renforcés sur les transports en commun
Sur le même sujet :
L’organisme qui gère le réseau TCL à Lyon va mettre en place…