Il n’y a pas de bonnes nouvelles dans le rapport de PR Transpo

&#xD ;

L’avenir de PR Transpo ne s’annonce pas rose. Le nombre de trajets sur les services de transport en commun régionaux est faible depuis leur lancement en 2018. Le gouvernement provincial a accordé près de 3 millions de dollars aux Comtés unis de Prescott-Russell (CUPR) pour soutenir le service, dans le cadre de nombreux projets pilotes de services de transport en commun rural. . Après la fin du financement du soutien provincial des CUPR, ils doivent décider s’ils peuvent continuer à fournir le service ou trouver une entreprise du secteur privé pour prendre le relais.

&#xD ;

photo d’archive

&#xD ;

L’avenir ne s’annonce pas brillant pour le service de transport en commun de Prescott-Russell, selon le dernier rapport sur le nombre de passagers.

« Le bilan ne semble pas bon », a déclaré Stéphane Parisien, administrateur en chef des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR), lors d’une réunion du conseil du CUPR le 26 janvier.

Le Parisien s’est référé aux données sur le nombre de passagers contenues dans le dernier rapport d’exploitation du service PR Transpo. Le service de transport en commun est aux prises avec l’achalandage depuis son lancement en 2018 dans le cadre de l’un des nombreux projets pilotes de transport en commun rural parrainés par une subvention provinciale.

PR Transpo a commencé comme une installation à itinéraire fixe avec deux autobus accessibles en fauteuil roulant de 20 passagers qui assureraient le transport intercommunautaire dans toute la région de Prescott-Russell, avec un échangeur à Orléans vers OC Transpo pour les utilisateurs souhaitant se rendre à Ottawa pour des raisons personnelles. .

Les CUPR fourniraient le service sous contrat à une compagnie d’autobus du secteur privé, et le gouvernement provincial fournirait le financement opérationnel du projet pilote sur une période de cinq ans. Les CUPR et huit municipalités travailleront ensemble pour promouvoir les services régionaux de transport en commun pour les résidents de Prescott-Russell. Les CUPR fourniraient à la province des rapports réguliers sur l’achalandage dans le cadre de son évaluation visant à déterminer si le service serait viable à la fin de la période du projet pilote et s’il pourrait être imparti au secteur privé pour continuer à fonctionner.

PR Transpo a démarré tardivement et n’a démarré ses activités qu’en avril 2018. Le nombre de passagers a été faible au cours des deux premières années d’exploitation. Ensuite, la pandémie de 2020 a interrompu les services de transport public dans le cadre du confinement provincial. Le service a repris ses activités en 2021, lorsqu’au cours de la deuxième année de la pandémie, les autorités provinciales ont levé certaines restrictions de voyage.

Le gouvernement provincial a accepté de prolonger le calendrier du projet pilote, étant donné que très peu, voire aucune, de la subvention d’entretien a été dépensée en 2020. Les CUPR ont examiné le système et ont décidé en juin 2021 de convertir PR Transpo en un service de transport en commun sur appel. Les résidents pouvaient appeler PR Transpo pour connaître les lieux de prise en charge et de dépose spécifiques le jour de l’utilisation du système de transport en commun. La refonte comprenait une révision des prix des billets pour les utilisateurs du site Web.

Le Parisien a déclaré à huit maires, membres du conseil de la CUPR, que le dernier rapport statistique sur l’utilisation des services de transport en commun n’est pas encourageant pour PR Transpo.

« Ce n’est ni viable ni durable dans sa forme actuelle », a-t-il déclaré.

La version de service de PR Transpo a fonctionné pendant 19 mois, de juin 2021 à décembre 2022, lorsqu’il y a eu une interruption temporaire de la prestation de services. Durant cette période, 234 personnes ont utilisé les transports en commun, soit un total de 6 167 embarquements, dont 21 personnes en fauteuil roulant. Un sondage en ligne a révélé que la cote de satisfaction globale des passagers de PR Transpo était de 4,8 sur 5.

Les embarquements ont fluctué au cours des 19 derniers mois d’exploitation de PR Transpo, passant d’un minimum de 94 en septembre 2021 à un maximum de 609 en novembre 2022, mais le rapport indique une tendance à la hausse.

Le plus grand nombre d’utilisateurs sont des résidents de Hawkesbury, qui représentent 28 % du trafic. Les résidents de la Cité de Clarence-Rockland et du Canton d’Alfred-Plantagenet constituent le deuxième groupe d’utilisateurs en importance avec 15 %, suivis du Canton de Russell avec 14 %. Plus de la moitié des passagers de PR Transpo sont des adultes, soit 63 % des passagers. Près de 20 % des utilisateurs sont des personnes âgées.

« Depuis le passage à un service à la demande, PR Transpo a enregistré une augmentation faible mais constante du nombre d’utilisateurs », indique le rapport. Au cours de la période du 31 décembre 2021 au 31 décembre 2022, 108 utilisateurs supplémentaires ont utilisé le service.

Même avec l’augmentation du nombre de passagers au cours des 19 derniers mois, le nombre total de personnes utilisant PR Transpo s’élève à 234 depuis le début du service de transport en commun. Cela représente 0,2 % des 95 600 personnes vivant dans Prescott-Russell.

Le rapport indique que d’avril 2018 à mai 2021, les coûts d’exploitation totaux de PR Transpo, en tant que système de transport en commun à itinéraire fixe, étaient de 528 710,02 $. Les recettes tarifaires pour la période étaient de 21 835,68 $. Le coût net du service, moins les revenus de péage, était de 506 874,34 $, un montant couvert par la subvention provinciale pour le projet pilote.

De juin 2021 à fin novembre 2022, lorsque PR Transpo est devenu un service de transport en commun sur appel, les coûts d’exploitation totaux étaient de 685 626,75 $. Le total des frais perçus était de 33 892,71 $. Compte tenu de l’inflation, qui affecte le coût du carburant pour les autobus, les coûts d’exploitation nets de PR Transpo couverts par la subvention provinciale se sont élevés à 651 734,04 USD.

La province a fait don de près de 3 millions de dollars de son programme de subventions de transport en commun pour couvrir la quasi-totalité des coûts de fonctionnement de PR Transpo, dans le cadre d’un projet pilote, jusqu’en mars 2025. Les UCPR ont accepté de faire un don de 140 000 $ sur sept ans au projet et de fournir un -Gestion de projet de service aimable.

Puis-je laisser ma voiture sur une aire de covoiturage ?

Le conseil et l’administration des CUPR doivent maintenant décider de l’avenir de PR Transpo.

Qui gère les aires de covoiturage ?

« Ce n’est pas viable dans sa forme actuelle », a déclaré M. Parisien. Il va falloir envisager autre chose. »

Comment fonctionne les aires de covoiturage ?

Le conseil de la CUPR a voté en faveur de l’acceptation du rapport de PR Transpo pour un examen et une discussion plus approfondis à une date ultérieure. Sur le même sujet : Nigeria : 100 bus et 50 taxis mis en circulation dans l’Etat de Kano pour favoriser les transports publics.

Où garer sa voiture plus de 7 jours ?

Puis-je laisser ma voiture au parking de l’autoroute ? « Si vous souhaitez faire une pause ou débuter une soirée étape sur un parking d’autoroute, dans un parking ou dans la rue, soyez prudent. A voir aussi : Mobilité : du train à la voiture, le secteur des transports s’engage à…. Vous avez parfaitement le droit de dormir dans votre voiture.

  • Pour simplifier vos déplacements, BlaBlaCar a soutenu en 2018 les aires de covoiturage et autres parkings concernés en France. Ces travaux sont désormais poursuivis par Data.gouv.fr, la plateforme publique de diffusion des données de l’État.
  • L’espace covoiturage est un point de rencontre entre covoitureurs qui doivent répondre à une demande. Il y a des places de parking sur place où vous pouvez garer votre voiture. Il y a en moyenne 20 à 30 emplacements. Les sites doivent être identifiés, sécurisés et équipés.
  • Il est recommandé de se garer dans un parking désigné pour le stationnement de longue durée…. Le stationnement est considéré comme dangereux si vous êtes à proximité des éléments de voirie suivants :
  • carrefours.

Voir l’article :
Des perturbations ont été annoncées dans les transports en commun TAG, dans…

Comment calculer le prix d’un covoiturage ?

se plie.

sommets des collines.

  • passages à niveau (amende 135 euros). Lire aussi : Les deux tiers des déplacements en transports publics seront bientôt électriques.
  • Comment calculer le tarif ? Si vous ne faites du covoiturage qu’occasionnellement, la méthode la plus simple consiste à diviser le coût total du trajet (suppléments carburant, frais de stationnement) par le nombre de passagers incluant le conducteur.
  • Comment répartir le coût des déplacements en voiture ? Comment répartir les frais ?

Quel est le prix du km en covoiturage ?

le plus simple est de partir en se basant sur 7L/100 km (selon véhicule) => Ce nombre fait référence au nombre de km (K) parcourus : (K x 7)/100. on multiplie par le coût moyen du carburant => on obtient le coût du carburant pour le trajet. le coût éventuel des péages s’y ajoute.
Distance 2 personnes 4 personnes
7 km 1,05 € 0,53 €
8 kilomètres 1,2 € 0,6 €
9 kilomètres 1,35 € 0,68 €

Comment calculer les frais de déplacement en voiture ?

10 kilomètres

Sur le même sujet :
Formation et évolutions législatives Île-de-France Mobilités travaille en concertation avec les pouvoirs…

Comment mettre en place covoiturage en entreprise ?

1,5 €

0,75 €

Qui peut faire du covoiturage ?

Pour 6 000 km parcourus professionnellement avec un véhicule 5 CV, vous pouvez saisir un montant de frais réels égal à : (6 000 km x 0,339) 1 320 = 3 354 €.

Comment faire une application de covoiturage ?

Vous pouvez créer et personnaliser votre interface où vous pourrez organiser les différents parcours de vos collaborateurs. Deux solutions sont possibles : Mettre à disposition des salariés des voitures de société. Permettre aux employés d’utiliser leur propre voiture comme alternative.

Marseille. Gares fermées, bus modifiés : ce qu'il faut savoir pour se déplacer le 14 juillet
Ceci pourrez vous intéresser :
La RTM prévoit des modifications du réseau de transport à Marseille à…

Comment faire une application de covoiturage ?

Comment justifier le covoiturage ? Les conducteurs soumettent un affidavit détaillant les frais engagés pour le covoiturage. Les plateformes de covoiturage peuvent également fournir une preuve de covoiturage au conducteur.

Le covoiturage est autorisé à condition que le conducteur ne réalise pas de profit. Les frais de covoiturage pouvant être partagés sont les frais effectivement supportés par le conducteur pour l’utilisation du véhicule pendant le trajet.