La commune de Morlaix votera pour la gratuité des transports en commun

À la rentrée prochaine, l’accès au réseau de transport en commun de Morlaix communauté sera gratuit pour tous ses habitants. Y compris les scolaires. La décision sera entérinée ce lundi 27 juin.

À la rentrée prochaine, l’accès au réseau de transport en commun de Morlaix communauté sera gratuit pour tous ses habitants. Y compris les scolaires. La décision sera entérinée ce lundi 27 juin.

A partir du 1er septembre, la communauté de Morlaix (26 communes, 65 000 habitants) entrera dans le cercle fermé des collectivités françaises où les transports en commun ne coûtent rien aux usagers. L’Observatoire des Villes Libres Transports n’en recense actuellement que 38, dont quatre en Bretagne : la commune de Vitré, l’agglomération de Dinan, la commune de Poher et Dinard. Ce lundi 27 juin, les élus de la communauté de Morlaix doivent inscrire l’accès gratuit à l’ensemble du réseau Linéotim géré par Keolis, pour tous les habitants du territoire. Y compris les écoliers. Il s’agit d’une ligne d’une cinquantaine de villes et banlieues. La ligne régionale Breizh Go (hors voie ferrée) et la ligne Morlaix Lannion, exploitée en liaison avec la collectivité Lannion Trégor, sont également concernées.

Transports en commun : un "cauchemar" pour les travailleurs au Maroc
A voir aussi :
L’accès à des services de transport sûrs et efficaces est un défi…

« Première étape »

Après le lancement d’un service de bus gratuit l’été vers quatre communes du littoral et la mise en place de bus gratuits dans la ville de Morlaix le samedi (qui disposait également d’une navette électrique gratuite l’an dernier), la commune de Morlaix tourne désormais à plein régime. « C’est simplement venu à notre connaissance à ce moment-là. Mais ce n’est que la première étape d’un plan global de mobilité », précise Jean-Paul Vermot, son président. Cela indique que le Commonwealth travaille sur un ensemble d’actions supplémentaires à présenter d’ici la fin de l’année. La faible densité du territoire et le caractère rural, où seulement 2,6 % de la population active utilise les transports en commun, ne permettent pas la généralisation des bus et autocars partout à des fréquences élevées. Il faudra donc veiller à ce que l’usage de la voiture, du vélo et de la marche soit également développé.

A voir aussi :
13 juillet 2022 à 17h45 – Modifié : 13 juillet 2022 à…

Un surcoût de 650 000 € par an

Pour parvenir à ses fins, la Communauté de Morlaix va mettre la main à la poche sans augmenter le paiement des transports à une nouvelle taxe ni aux entreprises (0,8%). Il indemnisera Keolis de sa perte de revenus à hauteur de 858 000 euros par an. Cela représente un surcoût de 650 000 euros par rapport à la situation actuelle. Cet investissement sera inclus dans le budget principal de la communauté. Et elle pourrait évoluer en fonction de la fréquence du réseau, Jean-Paul Vermot s’attend à ce qu’elle grimpe de 20 % assez rapidement. « Il y aura inévitablement une période d’adaptation. Mais nous serons prêts pour la prochaine délégation de service public, en 2024 ».

Publicités en faveur de l'adultère dans les bus toulousains : peut-on tout montrer ?
Voir l’article :
le nécessaire Depuis plusieurs semaines, des publicités faisant la promotion d’un site…

Accélérer la transition écologique

Cette transition vers la gratuité des transports en commun a plusieurs objectifs. La cohésion sociale, c’est d’abord et avant tout « pouvoir se déplacer grâce à la possibilité d’accéder à des emplois, des services publics… », estime Jean-Paul Vermot. Le soutien au pouvoir d’achat, en particulier pour les plus précaires, a été durement touché par la hausse des prix du carburant. Mais c’est surtout la question écologique qui a motivé ce choix. Ceci pourrez vous intéresser : Les transports en commun sont-ils gratuits ?. « Nous défendons l’idée d’une terre en transition. Et le premier d’entre eux est écologique. Le changement climatique n’est plus au centre des préoccupations, a souligné l’électorat. Il est maintenant temps d’agir pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Cette rupture est assumée.

Morlaisien. Journaliste depuis 2002. Il est passé par les rédactions de Saint-Brieuc et de Châteaulin avant de revenir dans sa ville natale en septembre 2017.