Les transports en commun sont-ils gratuits ?

Le Luxembourg dépasse le développement d’ici le 1er mars 2020 : tous les transports publics du Grand-Duché sont gratuits. Quelques jours plus tard, le Covid-19 a changé nos habitudes. Deux ans plus tard, il est toujours difficile de faire un bilan fiable du nombre total de transports en commun gratuits dans notre quartier. En janvier dernier, le ministre luxembourgeois de la Circulation, François Bausch, soulignait pourtant que « le trafic automobile est revenu à la normale » en raison de la reprise économique et de nombreuses personnes chez les Belges, les Allemands ou les Français. qui opèrent au Luxembourg.

Chez nos voisins français, l’idée de rendre les transports en commun gratuits existe depuis plus de 50 ans : la ville de Colomiers a été la première à le proposer en 1971.

Depuis, plus d’une trentaine de villes ont mis en place la gratuité totale ou partielle des transports en commun. Avec, parmi les « villes de la mode », Dunkerque. Dans cette ville martyre de la Seconde Guerre mondiale, les bus sont gratuits depuis septembre 2018. Un an plus tard, une étude préliminaire montrait que 50% des personnes interrogées utilisaient les bus « un peu plus » ou « plus » car gratuits.

Mais ces pratiques conduisent-elles à l’abandon des voitures ? Quelle alternative aux transports publics gratuits est autorisée ? En 2000, la ville française de Châteauroux a célébré le double (!) des trajets en transports en commun. Mais la variabilité du modèle était très limitée : seulement 1,4 % de déplacements en voiture en moins, -2,6 % à pied et -6,7 % à vélo. « La gratuité des transports en commun est d’abord verbalisée pour le vélo, puis la marche et enfin la voiture, ce résultat peu connu est raisonnable, les cyclistes sont les premiers attirés, car leur apparence est si proche de celle qui utilise les transports en commun (lycéens, étudiants, femmes ). « Une ou deux interactions, qui remplissent le réseau du centre » s’expliquait en 2018, une tribune du journal d’économie et de planification du Monde Frédéric Héran.

S’ils sont offerts gratuitement tels que l’environnement, la dimension sociale, etc., il n’y a aucune garantie que l’impact attendu sera immédiat. Ainsi, à Tallinn, les transports sont gratuits depuis 2013. Une étude publiée trois ans plus tard a montré une augmentation de 14% de l’utilisation des services, mais l’auteur, expert à l’université de Delft, a présenté des « preuves mitigées » en termes d’amélioration. activités des personnes à faible revenu ou sans emploi. Alors que ces groupes voient leurs déplacements en transports en commun augmenter de 20%, « rien n’indique que les opportunités d’emploi se soient améliorées grâce à cette politique ». De plus, cette ville de 440 000 habitants n’a connu qu’une réduction de 6 % du trafic dans le centre-ville, selon Allan Alaküla, le représentant de Tallinn auprès de l’UE.

« L’essentiel, c’est l’offre, pas le prix ! »

"L’essentiel, c’est l’offre, pas le prix !"

En 2019, le GART, l’équipe française de gestion des transports, a mené une étude sur la gratuité des transports en commun. Lire aussi : Qui a droit au taxi social ?. Le vice-président, interrogé par Le Monde, conclut ainsi : « La gratuité aura sans aucun doute un impact sur la fréquentation, qui augmentera de façon spectaculaire. .

Outre la difficulté de mesurer la variabilité des modèles, le côté budgétaire est important : « si la gratuité des transports convient à certains réseaux, elle peut ne pas être une solution pérenne du tout, notamment dans les grands réseaux urbains. […] 30 Réseaux français déjà convertis en mode libre ils avaient tous des fonctionnalités avec des réseaux de bus inutiles et inutilisés, donc de faibles revenus d’entreprise, qu’il est très facile de faire sans accès […] Bien sûr cela n’a pas d’importance Donc, dans les grandes villes, comme Lille, avec 100 millions Des euros de chiffre d’affaires annuel, soit Lyon, avec 226 millions d’euros, mais aussi dans la plupart des grandes villes, les réseaux sont importants aux moments les plus élevés. » A Bruxelles, en 2019, la STIB a collecté plus de 5 285 millions de recettes provenant de la vente des billets et des inscriptions. D’ici 2020, ce poste représentera un tiers du chiffre d’affaires de l’entreprise publique.

Voir l’article :
Classé dans : Entreprises, TransportSujets : Nouveaux produits et services, Sondages, Opinions et Recherche ,…

Sur le même sujet : JT 09/06/2022

Toulouse. Horaires allongés, embouteillages... Tisséo ajuste les transports en commun jusqu'au 14 juillet
Ceci pourrez vous intéresser :
Alors que le tram sera partiellement perturbé à midi, jeudi 14 juillet…

Quel est le moyen de transport le plus utilisé dans le monde ?

La voiture est le véhicule le plus utilisé Sur le même sujet : L’Allemagne teste le ticket mensuel à 9 euros pour les transports en commun.

Quel est le véhicule le plus utilisé ? En France, le véhicule le plus utilisé est la voiture. Cependant, dans la plupart des villes, les transports publics tels que les trains, les bus, le métro ou les tramways sont de plus en plus utilisés pour aider à réduire le trafic et la pollution.

Quel est le mode de transport le plus utilisé dans le monde ?

Dans la plupart des pays industriels comme la France, la voiture reste un moyen de transport utilisé par les personnes. Sur le même sujet : Quelle formation pour être taxi avec son propre véhicule ?. Il y a aussi les transports en commun : trains, trams, TER, bus modernes, TGV, etc.

Quel est le meilleur moyen de transport ?

Voiture ou moto pour profiter de plus de liberté et de plus de performances. À ce jour, la voiture est toujours la voie privilégiée par la plupart des véhicules pour se rendre au travail. Il est préférable que vous habitiez loin de la ville et que vous deviez faire un long trajet pour vous rendre sur votre lieu de travail.

Quel est le moyen de transport le plus utilisé en France ?

Bus 1 Au niveau national, le mode de transport public le plus fréquenté est le bus (71%), suivi du métro (49%), du tram (44%), du RER (23%) et du TER (18%).

Lire aussi :
La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) lance un appel de propositions pour…

Pourquoi transport gratuit ?

La taille de l’environnement, puisqu’il permet d’ouvrir le trafic, mais aussi le social. Les transports représentent, en effet, une part importante du budget familial (18,5 % en moyenne, selon l’INSEE).

Qui peut bénéficier du transport gratuit ? Le forfait transport gratuit est destiné aux demandeurs d’emploi qui perçoivent à la fois l’ASS et la CMU-C (couverture maladie globale), mais aussi ceux qui bénéficient du RSA (revenu syndical actif) et qui ne passent pas le toit de…

Quels sont les avantages des transports collectifs ?

Les transports en commun rejettent au moins deux fois plus de pollution atmosphérique par kilomètre de passager, ce qui réduit là encore le risque de problèmes respiratoires et vasculaires.

Quels sont les transports en commun en France ?

Au niveau national, le transport en commun le plus fréquenté est le bus (71%), suivi du métro (49%), du tram (44%), du RER (23%) et du TER (18%).

Que signifient les transports en commun ? Tous types de véhicules utilisant des véhicules adaptés à l’accueil simultané de plusieurs personnes (taxi, bus, car, train, métro, etc.).

Quel transport sans pass sanitaire ?

A compter du 14 mars 2022, le « carnet de vaccination » ne s’appliquera plus aux déplacements en transports en commun longue distance en régions (vols intérieurs, TGV, trains urbains et de nuit, trains gratuits), hors Corse et Hors Corse.

Quels sont tous les transports en commun ?

Le transport urbain est une variété de véhicules propres à une ville ou à une région et adaptés à cet environnement. Ces transports en commun intra-agglomération peuvent être : métro, tram, bus, trolleybus…