VIDÉO. Dylan imite à la perfection le sifflet du TGV SNCF : « Je suis attiré par le train »

Dylan a eu une passion pour les trains dès son plus jeune âge. Cet Isérois a fait le tour des réseaux sociaux avec son imitation d’un sifflet de train.

par Hugo Maillard

Publié le 27 juillet 22 à 10h49

mis à jour le 27 juil. 22 à 11:11

« Je peux regarder des vidéos de train toute la journée »

« J’ai entendu le train siffler. » Comme Richard Anthony, un Isérois vibre lorsqu’il voit, entend ou monte dans un train. Sur le même sujet : Grève RATP et SNCF : de légères perturbations dans les transports en commun d’Ile-de-France ce lundi. Dylan Demontis a profité du passage du Tour de France en Isère pour partager son talent.

Sans hésiter, Dylan a pris le micro et a imité le sifflet du train. La vidéo a fait le tour des réseaux sociaux. De son côté, le jeune homme en profite mais garde les pieds sur terre.

Né dans la commune de Livet et Gavet en Isère, Dylan a voulu assister au passage du Tour de France dans son département. « J’ai fait le tour du village de départ et j’ai vu l’annonceur. Alors je me suis présenté et je leur ai parlé de mon imitation », a déclaré Dylan.

Le reste, beaucoup le savent. Les réseaux sociaux ont poussé cette imitation au point de faire du jeune homme de 22 ans une star. La vidéo de Dylan imitant le sifflet du train a été visionnée plus de 370 000 fois sur Twitter.

Pour Actu Grenoble, il évoque son amour pour le secteur ferroviaire : « lors d’un stage en 2019, j’ai regardé des vidéos de trains toute la journée et j’ai fait rire mes collègues. Quand j’ai entendu siffler le train pour la première fois, j’ai tout de suite eu envie de l’imiter. »

Survie 31 décembre : une partie des transports en commun franciliens fonctionnera du jour au lendemain
Lire aussi :
Quels sont les tarifs réduits SNCF ? La carte Liberté vous donne…

Dylan est autiste asperger : « important d’en parler »

Après quelques tentatives devant son écran, Dylan s’empresse de partager son talent avec ses collègues : « Tout le monde a rigolé et j’ai pensé que c’était une bonne idée pour divertir mes proches. Sur le même sujet : Transports en commun : les principaux travaux d’été en Ile-de-France. »

La passion de Dylan pour les trains ne connaît pas de limites. Une obsession qui s’explique en partie par un trouble du jeune Isérois.

« Je veux que vous sachiez que j’ai un trouble autistique du syndrome d’Asperger. » Dylan ne s’en cache pas, au contraire. Ce trouble, qui peut affecter la façon dont les patients s’expriment, est une épreuve pour le siffleur.

« C’est dur de trouver du travail », avoue Dylan. Il a eu la chance de trouver des personnes qui l’accompagnaient et il a pu faire un service civique dans un collège de Caluire, près de Lyon.

Dijon : la circulation des bus et trams a de nouveau été perturbée le 13 août en raison d'une grève
Sur le même sujet :
Le syndicat CGT de Keolis Dijon Mobilités a déposé un préavis de…

Une star du tramway à Grenoble 

« Quand tu as des embruns pour autistes, tu as des intérêts un peu étroits et tu peux te concentrer sur un sujet », explique Dylan avant d’être interrompu par une annonce. Ceci pourrez vous intéresser : Grève SNCF : quel trafic prévu ce mercredi dans les transports en commun d’Ile-de-France ?… SNCF : « Désolé, mais si tu entends le bruit, c’est parce que je suis dans une gare ».

Ce passionné de trains a voulu faire passer un message : « Je rêve de travailler dans l’information clientèle ou dans la vente de billets SNCF. »

Bien avant son exposition médiatique lors du Tour de France, Dylan Demontis avait noué des liens avec les agents du réseau de transports en commun grenoblois. « Volontairement, je conduis parfois des touristes lorsqu’ils arrivent en tram », sourit le jeune homme.

"Mon handicap m'empêche d'utiliser les transports en commun comme vous"
Lire aussi :
« Comment un trajet de 15 minutes pour une personne valide peut prendre…

La violence des moqueries

Un investissement récompensé par les chauffeurs de la ligne A qui leur donnent parfois l’occasion de faire des annonces dans le tram.

« C’est une fierté de voir les coulisses d’un monde que j’aime tant », avoue Dylan.

C’est aussi les réseaux sociaux. Bref, l’exposition de Dylan sur les réseaux sociaux était synonyme de moquerie. Interrogé sur ces commentaires négatifs, Dylan explique « prendre du recul ». Il est très difficile d’enlever le sourire greffé à son visage.