Coronavirus : mise à jour Normandie – 27 juillet 2022 | Agence Régionale de Santé de Normandie

Point de situation en Normandie le 27 juillet 2022

SITUATION ÉPIDÉMIOLOGIQUE

L’incidence régionale continue de diminuer A voir aussi : Marseille : mise en place d’un trafic différencié dès ce lundi.

Au 26 juillet, l’incidence régionale en Normandie continue de baisser, s’établissant à 594,1 cas pour 100 000 habitants, soit une baisse de 29,9 % depuis le dernier point de situation. A ce jour, le Calvados est le département avec le taux le plus élevé (676).

Le nombre de reproduction (R), ci-dessous, est de 0,7.

Dans ce contexte encore marqué par une forte circulation du virus, le respect des gestes barrières est indispensable pour se protéger et protéger les autres.

La vaccination, notamment la deuxième dose de rappel (ou « 4e dose ») fortement recommandée pour les personnes les plus à risque d’avoir une forme grave de la maladie (voir liste élargie ci-dessous), et le respect des gestes barrières restent indispensables pour se protéger, protéger les autres. et protéger notre système de soins de santé dans son ensemble.

Le port du masque est fortement recommandé et nécessaire dans les situations de grande promiscuité, dans les lieux clos et mal aérés, comme les transports en commun, et surtout en présence de personnes fragiles. Il est également recommandé pour les personnes les plus vulnérables.

Le port du masque reste obligatoire dans les établissements sanitaires et médico-sociaux, ainsi que le permis sanitaire (présentation d’un justificatif de vaccination, test négatif ou attestation de guérison).

Pour rappel, certaines personnes à haut risque de développer une forme grave de Covid-19 peuvent se procurer gratuitement des masques FFP2, sur ordonnance médicale.

Pour continuer à prévenir la propagation des virus, entretenons les bons réflexes acquis pendant la crise en aérant régulièrement, en se lavant souvent les mains, en utilisant du gel hydroalcoolique.

En cas de doute, ou en cas de symptômes, testons-nous et isolons-nous immédiatement si le test est positif.

Les hospitalisations conventionnelles en baisse

Au 25 juillet, 1 192 personnes atteintes du Covid-19 sont hospitalisées (1 281 la semaine dernière), dont 46 en réanimation (45 au dernier point). L’incidence en hospitalisation conventionnelle reste stable. En réanimation, l’effet est d’environ 1 entrée par jour.

Dans ce contexte, l’injection de la deuxième dose de rappel est recommandée aux personnes les plus à risque d’avoir une forme sévère de la maladie pour renforcer l’immunité et garantir le plus haut niveau de protection contre le Covid-19.

Avez-vous besoin de soins? Avant d’aller aux urgences, j’adopte les bons réflexes !

Depuis plusieurs mois, l’ARS Normandie rappelle que pour limiter la surcharge des urgences par des passages

inadapté, vous devez contacter le 15 avant de vous rendre aux urgences. Les médecins régulateurs sont à la disposition des appelants pour leur apporter le bénéfice direct d’une réponse médicale adaptée, allant du conseil à la gestion des urgences.

Parce que chacun a une part de solution pour maintenir la capacité des services d’urgence à répondre aux urgences essentielles, l’ARS Normandie, et ses partenaires, la Fédération Hospitalière France Normandie, le Syndicat Régional des Médecins Libéraux, France Assos Sano et la Conférence Régionale de Santé et Autonomy lance une campagne d’information et de sensibilisation à destination du grand public sur le bon usage des urgences.

Le premier réflexe doit être de contacter votre médecin traitant. S’il est injoignable, si le patient n’en a pas ou si son entourage juge la situation particulièrement critique, il doit immédiatement contacter le SAMU Centre 15 ou le Service d’Accès aux Soins (SAS), en appelant le 15.

Une campagne de communication est en cours d’élaboration en région : pour le savoir, cliquez ici.

Transports en commun : les principaux travaux d'été en Ile-de-France
Sur le même sujet :
Qui dit été dans les transports d’Ile-de-France, dit forcément travail… et galère.…

VACCINATION

Entre le 16 juillet et le 22 juillet, 58 946 personnes ont été testées, dont 19 649 ont donné un résultat positif (27 899 dernier point). Le taux positif a légèrement diminué à 33,33% contre 38,42% la semaine précédente. A voir aussi : Stationnement des vélos dans les gares d’Île-de-France : des milliers de nouvelles places bientôt disponibles.

La Normandie se mobilise toujours pour la vaccination et la campagne de rappel

La campagne de vaccination se poursuit en Normandie, et notamment par rapport à la vaccination accélérée, pour laquelle une mobilisation totale est indispensable pour réduire le risque d’attraper le Covid-19 et de développer des formes graves comme le « Covid long » ou des hospitalisations, notamment chez les plus vulnérables. .

Jusqu’au 21 juillet, depuis le lancement de la campagne de vaccination, 7 854 119 injections ont été réalisées sur la population normande, dont 2 418 595 doses cumulées : la mobilisation doit se poursuivre, notamment pour le deuxième rappel.

Compte tenu de la forte circulation du virus sur le territoire, la 2ème dose de rappel ou « 4ème dose » est fortement recommandée pour les personnes les plus à risque d’avoir une forme sévère de la maladie.

Au fil des mois, l’efficacité des vaccins diminue légèrement alors que l’organisme n’est pas stimulé par la rencontre avec le virus.

Déjà immédiatement accessible à tous les 60 ans et plus, il s’étend aujourd’hui à de nouveaux publics.

Désormais et quel que soit leur historique Covid, le 2e accélérateur est recommandé pour (voir tableau récapitulatif ci-dessous ou télécharger ici) :

Il est également ouvert aux professionnels de santé (liste disponible ici) et à tous les salariés du secteur sanitaire et médico-social, les aides domestiques intervenant auprès de personnes vulnérables, les transporteurs sanitaires, ainsi que les sapeurs-pompiers qui le souhaitent, quel que soit leur âge ou leur statut. de la santé Il n’appartient pas au champ d’application de l’obligation de vaccination. Ce second rappel doit être administré 6 mois après le premier rappel en respectant un délai de 3 mois après l’infection en cas d’infection survenant après le premier rappel.

Pour toutes les autres personnes, une dose de rappel est recommandée à partir de 12 ans.

Les options de vaccination sont nombreuses, notamment avec des professionnels urbains (médecins, infirmiers, pharmaciens, sages-femmes, etc.), pleinement mobilisés pour que chaque personne éligible soit protégée.

Pour connaître les possibilités de vaccination près de chez vous :

A voir aussi :
Du samedi 9 juillet 2022 au jeudi 18 juillet 2022, la Régie…