Marie-Claude Léonard nommée directrice générale de la STM

Marie-Claude Léonard a été employée de la Société de transport de Montréal (STM) pendant 30 ans et a été choisie pour occuper le poste de directrice générale de l’organisation. La mission de Mme Léonard sera d’aider la STM à retrouver l’achalandage perdu lors de la pandémie de COVID-19 et de guider l’organisation dans les turbulences vécues par le transport en commun.

Vendredi matin, le conseil d’administration a approuvé la nomination de Mme Léonard, qui a agi à titre de directrice générale par intérim suite au départ de Luc Tremblay à la fin mars.

Au printemps, la STM lance un processus de recrutement et fait appel à une firme de chasseurs de têtes pour trouver la perle rare. Le comité de sélection a finalement choisi Mme Léonard.

Marie-Claude Léonard s’est jointe à la STM il y a trois décennies en tant qu’étudiante à titre de caissière et a gravi les échelons de l’organisation pour devenir directrice générale, Exploitation métro et autobus en septembre 2021. . En mars dernier, elle s’est vu confier le poste de directrice générale par intérim, en attendant la fin du processus de sélection pour trouver un remplaçant à Luc Tremblay.

Éric Alan Caldwell, président du conseil d’administration de la STM et du comité de sélection, estime que Mme Léonard était la plus compétente pour relever les défis de l’entreprise de transport. Il a du mal à retrouver le nombre de passagers d’avant la pandémie, doit s’adapter aux changements de comportement des utilisateurs en matière de voyage et fait face à des problèmes de financement.

« Si on veut garder une longueur d’avance dans les transports en commun, il faut quelqu’un qui sache bien analyser la situation, ait le courage de prendre les décisions qui s’imposent puis les applique », résume-t-il. « Marie-Claude avait cette capacité, c’est-à-dire une bonne connaissance de l’environnement, un nouveau regard sur l’analyse où la référence ou la finalité. […] Tout au long de sa carrière, elle ne s’est jamais satisfaite du statu quo. »

M. Caldwell dit que le comité de sélection a reçu de nombreuses candidatures « de haute qualité » du secteur institutionnel et privé. « Cela confirme que les transports publics sont considérés comme un défi de notre temps », a-t-il déclaré. En fin de compte, la décision a été prise sur la personne la plus compétente pour les défis que nous avons. »

Mme Léonard s’est dite honorée de ce vote de confiance. «Je veux souligner le plein potentiel des gens de la STM qui contribueront à moderniser l’organisation et à la rendre encore plus efficace pour répondre aux attentes de nos clients et des générations futures», a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Enjeux financiers

La STM peine à retrouver sa fréquentation d’avant la pandémie, avec un tarif équivalent à 60 % des niveaux de 2019. Lire aussi : Qui gagne le plus VTC ou taxi ?. Cet hiver, le transporteur a annoncé qu’il réduirait ses services de 3,5 % pour le réseau de bus et de 5 % pour le métro en 2022 Cependant, la STM n’a pas voulu couper davantage de services de peur de perdre encore plus d’usagers et compte maintenir le même niveau de services pour l’automne.

Pourtant, en décembre 2021, le budget 2022 de la STM contenait un manque à gagner de 43 millions de dollars, une situation qui avait amené l’ancien PDG Luc Tremblay à pallier les lacunes de la nouvelle administration des transports collectifs de la région de Montréal depuis la création de l’Autorité régionale. métropolitain (ARTM).

Toutefois, M. Caldwell assure que la STM a pu combler son écart budgétaire grâce au soutien gouvernemental et aux efforts d’optimisation interne. Il affirme également que les relations avec ses partenaires, dont l’ARTM, se sont améliorées. « Je n’ai pas le luxe de faire la guerre aux partenaires, j’ai besoin d’eux », dit-il.

En ce qui concerne la diversification des revenus que réclame la STM depuis des années, l’élu estime que le projet fiscal lancé par la Ville de Montréal et le groupe de travail sur le financement des transports en commun mis sur pied par le ministre des Transports, François Bonnardel, aidera à identifier des solutions. « Il y a un consensus sur le fait que nous avons besoin d’oxygène. Nos principaux interlocuteurs institutionnels reconnaissent qu’il faut trouver des solutions », dit-il.

Détentrice d’un baccalauréat en biomédecine et d’un diplôme d’études supérieures en gestion de HEC Montréal, Mme Léonard a occupé des postes de direction à la STM pendant 20 ans. Son mandat sera de cinq ans.

Ce n’est pas la première fois qu’une femme marche à la STM. Dans les années 1980, Louise Roy a été PDG pendant sept ans. de l’ancienne Société de transport de la Communauté urbaine de Montréal (STCUM). Eric Alan Caldwell souligne également que la majorité des candidats interviewés pour le poste de PDG étaient des femmes.

Le masque sera bientôt obligatoire dans les transports en commun
Ceci pourrez vous intéresser :
Le port du masque ne sera plus obligatoire dans les transports en…

Quel est le salaire du directeur général de la santé ?

FAQ sur la carrière Le salaire moyen d’un directeur d’établissement de santé est de 48 750 $. A voir aussi : Groupe de travail « Pays exemplaire » | Ministères Ecologie Energie Territoires.

Quel est le salaire d’un directeur d’hôpital ? Le salaire indiciaire de la classe normale est compris entre 2 160 â et 3 800 â brut par mois. Le salaire indiciaire hors classe est compris entre 3 125 â et 5 267 â brut par mois.

Quel est le salaire du Directeur général de l’OMS ?

Titre d’emploi un salaire
Salaires Assistant – 1 salaires 33 003 €/an
Salaires recruteur – 1 salaires 39 340 €/an
Les salaires de Customer Service chez – 1 de salaires rapportés 28 925 €/an
Salaires Directeur – 1 salaires 63 572 â/an

Quel est le salaire du ministre de la Santé ?

Elle est d’un montant égal à celui du Premier ministre, soit 19 331 € par mois, imposable et à l’exclusion de tout autre salaire, pension, prime ou indemnité. A voir aussi : Annecy/Haute-Savoie : qui est le frontalier type 2022 ?.

Quel est le salaire d’un Directeur de maison de retraite ?

Un directeur d’EHPAD touche un salaire compris entre 2 800 et 4 500 euros bruts par mois. Cela équivaut à une rémunération brute de 33 000 à 54 000 euros par an. Le niveau de rémunération de ce type de poste peut varier selon l’ancienneté et le type d’établissement.

"Mon handicap m'empêche d'utiliser les transports en commun comme vous"
Sur le même sujet :
« Comment un trajet de 15 minutes pour une personne valide peut prendre…

Est-ce que François Legault a déjà été ministre de la Santé ?

Il obtient ce statut deux mois plus tard lorsqu’il est élu député de Rousseau, sous la bannière du Parti Québécois, lors de l’élection générale québécoise du 30 novembre 1998. Il occupe ensuite le poste de ministre de l’Éducation (1998-2002) puis Ministre de la Santé et des Services sociaux (2002-2003).

Qui était le ministre de la Santé en 2002 ?

Quelle partie Legault ?

La Coalition avenir Québec (CAQ, /kak/) est un parti politique au Québec. La CAQ détient actuellement 75 sièges à l’Assemblée nationale et forme un gouvernement majoritaire depuis les élections générales du 1er octobre 2018 au Québec. Son chef, François Legault, est l’actuel premier ministre du Québec.

Stationnement des vélos dans les gares d'Île-de-France : des milliers de nouvelles places bientôt disponibles
Ceci pourrez vous intéresser :
Île-de-France Mobilités (IDFM) vote ce mardi un plan pour équiper 12 stations…

Quel partie est François Legault ?

Emblème officiel. La Coalition avenir Québec (CAQ, /kak/) est un parti politique au Québec. La CAQ détient actuellement 75 sièges à l’Assemblée nationale et forme un gouvernement majoritaire depuis les élections générales du 1er octobre 2018 au Québec. Son chef, François Legault, est l’actuel premier ministre du Québec.

Qui était au pouvoir avant Legault? François Legault, ministre de l’Éducation de 1998 à 2002 et ministre de la Santé et des Services sociaux de 2002 à 2003 sous les gouvernements de Lucien Bouchard et Bernard Landry, a cofondé la Coalition avenir Québec le 14 novembre 2011, devenant ainsi son premier dirigeant.

Quel est le salaire du 1er ministre François Legault ?

Plusieurs cadres de l’État québécois gagnent des salaires plus élevés que le premier ministre du Québec François Legault, qui gagne un salaire de 205 793 $, dont 95 704 $ en tant que député et 100 489 $ en tant que premier ministre, avec 9 600 $ en dépenses d’emploi.

Quel est le salaire du 1er ministre François Legault ?

Plusieurs cadres de l’État québécois gagnent des salaires plus élevés que le premier ministre du Québec François Legault, qui gagne un salaire de 205 793 $, dont 95 704 $ en tant que député et 100 489 $ en tant que premier ministre, avec 9 600 $ en dépenses d’emploi.

Quel est le salaire du premier ministre ? En 2021, la rémunération du Premier ministre sera de 15 203 euros bruts par mois ; la rémunération des ministres et secrétaires d’État est de 10 135 euros bruts par mois ; la rémunération des secrétaires d’état s’élève à 9 623 â brut par mois.

Quel est le montant du salaire minimum au Québec ?

Le salaire minimum du Québec sera augmenté de 0,75 $ à 14,25 $ l’heure dimanche, une augmentation qualifiée par le Collectif pour un Québec sans pauvreté d' »irresponsable et offensante » et coïncidant avec l’Internationale des travailleurs de jour.

Quel est le salaire moyen au Québec 2021 ?

La région métropolitaine de recensement (RMR) du Québec est l’endroit au Canada où le salaire annuel moyen a le plus augmenté en 2021. Il a augmenté de 4,7 % pour atteindre 52 299 $. Cette augmentation est plus élevée qu’à Montréal ou Edmonton (4,2 %) et qu’à Toronto ou Vancouver (4 %).