Mobilité : comment redonner de l’attractivité aux transports publics ?

Les transports en commun sont encore loin de la découverte du Covid-19 en France. Leur fréquentation a continué de baisser même en 2021 par rapport à l’année dernière, selon les chiffres de l’Observatoire de la mobilité publiés ce jeudi par l’Union des transports publics et ferroviaires (UTP), syndicat professionnel qui regroupe les entreprises de transport public en France.

Ifop interrogé dans cette enquête en septembre 1 500 vivaient dans une agglomération de 50 000 habitants ou plus. Parmi eux, 60 % déclarent utiliser régulièrement les transports en commun en 2021, contre 61 % en 2020. Et surtout 73 % en 2019. Cette baisse touche tous les modes de transport en commun de manière homogène, du bus au RER. « La seule exception est le train, en croissance relative et donc plus utilisé sur de longues distances », précise Thierry Mallet, PDG de Transdev et vice-président d’UTP.

Des usagers des transports parce qu’ils n’ont pas d’autres choix ?

Des usagers des transports parce qu’ils n’ont pas d’autres choix ?

Cette baisse sur deux années consécutives est d’autant plus importante qu’à mesure qu’elles continuent d’augmenter les années, la part des usagers réguliers des transports publics est passée de 67 % en 2015 à 73 % en 2019. L’agglomération diminue et la part est plus faible seo. Ainsi en Ile-de-France, il est toujours à 75 %, tout de même 10 points de moins qu’en 2019. Il descend à 58 % dans les agglomérations de 100 000 habitants ou plus en province, et à 34 % en province entre 50 000. et 100 000 habitants.

Surtout, parmi les voyageurs qui utilisent les transports en commun, 26% déclarent le faire parce qu’ils n’ont pas le choix, et 28% déclarent les prendre toujours. Lire aussi : Comment se conventionner avec la CPAM ?. 56% (dont 28%) parce qu’ils bougent moins, mais aussi 32% parce qu’ils ont peur d’être contaminés par le Covid-19.

Peur de s’en tenir aux transports en commun : 64 % des personnes interrogées présentent le risque de contamination le plus élevé, devant les bars (43 %), les repas familiaux (38 %), les salles de sport (32 %). « Cette attitude est d’autant plus pertinente que nous sommes entourés d’inconnus », explique Thierry Malle. Cependant, aucune étude n’a montré que le risque est plus élevé qu’ailleurs. Plutôt l’inverse. »

Ceci pourrez vous intéresser :
La relation de la CGT avec Keolis Dijon Mobilités a déposé un…

L’autosolisme, grand gagnant de la crise sanitaire ?

Du fait des restrictions et des restrictions de déplacements, qui doivent s’accompagner de la montée du télétravail, on constate une baisse générale de la mobilité des Français. Réduction affectant aussi bien les transports en commun que les véhicules particuliers. L’UTP reste ce qui fait d’un seul drive le grand gagnant de la crise sanitaire. La part modale des déplacements en véhicule particulier a augmenté de 4,4 points en 2020, représentant 80,8 % (en voyageurs-kilomètres) du transport intérieur de voyageurs en France en 2019, à 85 %. Dans le même temps, la part modale des déplacements en transports en commun (train, bus, autocar) est passée de 17,6 % en 2019 à 14 % en 2020.

Une courbe qui va dans le sens inverse de ce qu’il faudrait pour atteindre la neutralité carbone en 2050, l’objectif que s’est fixé la France dans le cadre de la lutte contre le changement climatique. « Le secteur des transports représente 31 % des émissions de gaz à effet de serre de la France en 2019. Et sur ces 31 %, la voiture particulière en représente plus de la moitié », rappelle Marie-Claude Dupuis, directrice de la stratégie, de l’innovation et du développement du groupe RATP. , aussi. Vice-président de l’UTP. Lire aussi : Paragon ID acquiert UrbanThings, un fournisseur de solutions numériques pour les transports publics en…. L’urgence est donc de réduire la part modale de la voiture. « On ne pourra sans doute pas le rendre nul, ce mode de déplacement est le seul mode de déplacement possible pour beaucoup de Français, mais on peut le réduire à 60 voire 55 % [d’ici la fin du prochain quinquennat. ] », estime Thierry Mallet.

Même si l’usage du vélo et de la marche a considérablement augmenté depuis le début de la pandémie, ces modes actifs sont surtout utilisés au cœur des agglomérations. Et malgré leur progression, leur part modale reste faible, selon l’UTP. Environ 3% pour le vélo. Pour le syndicat, les transports publics sont le seul moyen d’absorber les flux supplémentaires de passagers qui résulteraient d’une réduction de l’utilisation de la voiture particulière. D’où l’appel à « la fin des transports en commun à terme », titre du proclamation adressé par l’UTP ce jeudi aux candidats à l’élection présidentielle de 2022. Il précise ici la finalité du doublement urbain de la part modale des transports en commun. à la fin du prochain quinquennat, ce qui nous donnerait environ 30 %.

Retour en transports en commun : gratuit, oui mais limité
Sur le même sujet :
Voyager en train, en tram ou en bus presque gratuitement, comme en…

Développer l’offre bien plus que rendre gratuit ?

Faut-il encore (re)rendre les transports en commun attractifs ? En les rendant gratuits, par exemple ? La solution est déjà mise en place dans de nombreux territoires et a beaucoup été évoquée lors des élections régionales de cette année. C’est Thierry Mallet. Voir l’article : Grandville. Une nouvelle ère de transport en commun gratuit. « Les transports en commun sont déjà beaucoup moins chers que la voiture », rappelle-t-il. Et on le voit dans l’Observatoire : seulement 14% des personnes interrogées déclarent utiliser les transports en commun car c’est plus économique. »

La première raison invoquée est l’aspect pratique, car ils évitent de perdre du temps à cause des embouteillages et/ou de la recherche d’une place de parking, souligne l’Observatoire de la mobilité. Et la question « Qu’est-ce qui ferait plus utiliser les transports en commun ? » », « La fréquence augmente » 84 % de « oui », « plus de trafic transfrontalier » 77 %, « trafic plus tôt le matin ou plus tard le soir » 64 %…

L’enjeu est alors d’augmenter l’offre, cela déduit la PTU. C’est en tout cas le sens des vingt mesures qu’elle propose dans son manifeste. L’Union appelle notamment à un soutien plus soutenu de l’État aux projets d’aménagement d’infrastructures et de transports urbains ou périurbains, « en passant de la logique d’appels à projets à la logique d’un soutien continu, avec une couverture de plus de 2,5 milliards d’euros. le délai de cinq ans », précise Thierry Mallet. Il s’agira de soutenir le développement de nouvelles infrastructures de métro, tram et bus à haut niveau de service, indique le manifeste. Mais aussi relayer et mutualiser les lignes de parking dans les zones peu peuplées, là où les solutions traditionnelles de transport en commun ne sont pas toujours envisageables et où la voiture est le seul mode possible.

N’hésitez pas à conduire seul ou à rendre les transports en commun attractifs

Quelles sont vos raisons de choisir les transports en commun plutôt que la voiture ? C’est aussi une question posée dans l’Observatoire de la mobilité aux usagers de la voiture personnelle parmi les 1 500 sondés. Les réponses? « Encore plus de difficultés de stationnement » pour 45 %, « embouteillages accrus » (42 %), « coût global de la voiture encore plus élevé » (42 %) et « augmentation de la pollution » (28 %), revenons aux quatre premières raisons mentionné.

Justement, les prix des carburants ont augmenté ces derniers mois, mais de plus beaux embouteillages reviennent dans les grandes villes françaises. « + 25 % en Ile-de-France + 38 % à Marseille, + 85 % à Lille, le lundi de la rentrée 2021 par rapport à la rentrée 2020 », rappelle l’UTP.

Les politiques publiques sont également susceptibles de défavoriser l’utilisation de la voiture particulière. Les centres-villes piétons, la mise en place des péages urbains, la généralisation du stationnement payant ont épousé les trois premières idées imaginées par les Français interrogés par l’Ifop. Du matériel sensible en France, comme en témoigne le mouvement des « gilets jaunes ». « Ces restrictions ne pourront être prises en compte dans tous les cas que s’il existe effectivement des alternatives à la voiture unique », informe-t-on à l’UTP. Où nous sommes donc invités, avant tout, à prendre le problème dans l’autre sens. En d’autres termes : rendre les transports publics attractifs.

Ceci pourrez vous intéresser :
La commission de discipline sanctionnera les employés des transports publics qui ne…

Quels sont les types de moyens de transport ?

Quels sont les différents types de transport (routier, maritime, aérien, ferroviaire) ?

  • Quels sont les différents types de transport : Transport maritime. …
  • Transport ferroviaire. …
  • Transport aérien. …
  • Quels sont les différents types de transport : Transport routier. …
  • Modes de transport intermodaux et multimodaux.

Quel est le mode de transport le plus utilisé ?

En France, la voiture est le mode de transport le plus utilisé au quotidien.

Quels sont les transporteurs les plus utilisés ? Au niveau national, le mode de transport public le plus utilisé est le bus (71%), le métro (49%), le tram (44%), le RER (23%) et le TER (18%). ) Ensuite. .

Quel est le moyen de transport le plus utilisé au monde ?

En France, la voiture est le mode de transport le plus utilisé. Cependant, principalement dans les villes, il utilise davantage les transports en commun tels que le train, le bus, le métro ou le tramway et contribue à réduire le trafic et la pollution.

Quel est le mode de transport le plus ?

Malgré les récents accidents tragiques, l’avion reste un mode de transport extrêmement sûr. Mieux : c’est plus sûr année après année.

Quel est le moyen de transport le plus pratique ?

La voiture : le mode de transport préféré des Français Tout d’abord, il ne fait aucun doute que la voiture est l’un des modes de transport les plus utilisés en France et dans le monde. En effet, pour se rendre au travail, partir en vacances en famille, faire ses courses, la voiture est un mode de transport pratique.

Quel est la différence entre le moyen de transport et le mode de transport ?

Un mode de transport est un mode de transport particulier, ou mode de transport, ou système de transport, qui se distingue principalement par le véhicule utilisé, et donc par l’infrastructure qu’il met en œuvre.

Comment décrire un mode de transport ? Les modes de transport sont le déplacement de personnes ou de marchandises d’un endroit à un autre. Ils sont divers et variés. Ils sont routiers, ferroviaires, maritimes, fluviaux ou aériens. Aujourd’hui, ils sont essentiels à notre subsistance.

Quel sont le mode de transport ?

Le mode de transport est lié à l’évolution de l’environnement des véhicules de transport : terrestre : (transport guidé en général et transport ferroviaire en particulier), transport routier ; Expédition; rivière ou canal; l’espace et le transport aérien.

Quel est le principal moyen de transport ?

Le navire est le mode de transport qui transporte le plus grand nombre de marchandises par tonne-kilomètre dans le monde. Il a l’énorme avantage de pouvoir transporter des colis lourds et volumineux sur de très longues distances à un prix très bas.