« Nous sommes l’objet de propos inadmissibles » : le maire de Drap règle ses comptes après son départ du Pays des Paillons

Lundi des maires Après avoir quitté la Communauté de communes du village des Paillons pour la Métropole de Nice, le maire du Drap, Robert Nardelli, évoque les tensions persistantes.

Publié le 01/08/2022 09:00, mis à jour le 31/07/2022 18:13

Combien de temps faut-il pour digérer un divorce ? Apparemment, six mois ne suffisent pas. Le 1er janvier, Drap quittait la Communauté de Communes du Pays des Paillons (CCPP) pour entrer dans la métropole Nice Côte d’Azur. L’aboutissement de mois d’affrontements personnels entre maires et de querelles idéologiques gauche/droite dans ce qu’on a longtemps appelé une « vallée rouge » pour son passé communiste.

Les disputes persistent encore aujourd’hui, autant que les rancunes. Les différents maires de droite, Robert Nardelli, réélu en 2020 pour un second mandat, regrette qu' »il n’y ait plus de communication entre anciens collègues ». Et il fait le tour des enjeux de sa ville située en périphérie de Nice, marquée par les embouteillages et une forte pression immobilière.

Un peu plus de six mois plus tard, qu’est-ce qui a changé pour vous et les Drapois de faire partie de la Métropole ?

C’est une grande satisfaction pour les Drapois. Concernant à la fois la collecte des ordures ménagères, les transports, les services techniques, les provisions pour les voitures électriques : deux prises ont été installées et deux le seront. Et il y a un excellent travail entre les services et les élus. Nous avons réussi à faire arriver le tram en 2028, ce sur quoi nous avions déjà travaillé.

Le tram a-t-il été jeté dans la balance pour que vous rejoigniez la Métropole ?

Pour rien. Christian Estrosi avait dit plus tôt que le tram arriverait à Drap. Au début, il devait s’agir d’un tram allant à Cantaron. Ce qui nous a bouleversé, c’est l’absence de projet au CCPP. Lorsque nous avons mené les études pour évaluer les avantages et les inconvénients, nous n’avons trouvé que des avantages. Les inconvénients viendront-ils jamais? En tout cas, écoutons le président et les autres communes : le tram Drap a été voté à l’unanimité. Il ne reste plus qu’à décider du nombre de places de parking Jean-Ferrat : il est prévu d’en faire 250, nous en avons demandé 350.

Le divorce avec le CCPP s’est fait dans la douleur, avec des conflits autour de la crèche et de la structure de soins. Où en sommes-nous aujourd’hui ?

Pour l’asile c’est décidé : le transfert de deux officiers posait problème. Nous en avons eu un, ils en ont gardé un. Ça s’est très bien passé. Ce que je regrette, c’est qu’il n’y ait plus de communication entre anciens collègues, sauf un, Michel Lottier, de Blausasc. Les communes ne demandent même plus quand elles ont besoin de minibus, de chaises, de tables…

Est-ce si surprenant compte tenu du contenu du conflit ?

J’ai essayé de les appeler, mais ils n’ont jamais répondu. Et nous faisons l’objet, dans les réunions municipales de Contes et de Paillon, d’observations inadmissibles.

Et la station d’épuration ?

C’est le gros argument. Le Sicteu [syndicat intercommunal qui gère la station d’épuration et d’assainissement de Paillon] a commencé les travaux d’installation des séchoirs solaires en juin, à l’expiration du permis de construire. J’ai pris une pause de pause de travail. Ils ont déposé une demande auprès du tribunal administratif et celle-ci a été rejetée. Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour faire disparaître cette station et j’ai le soutien de tout le monde.

Le principal problème dans votre municipalité est la construction et la circulation. Vos adversaires vous ont surnommé « Nardelli le béton ». Comment faire face à ces problèmes quand on est maire ?

Nardelli, a confié et délivré trois permis de construire au total. Tout le reste avait déjà été instruit par la municipalité précédente. Nous révisons le plan d’urbanisme local pour bloquer les permis et les grands bâtiments. Un des défauts du PLU 2012 de l’ancienne majorité est qu’il ne limite pas la construction… Mais sur cette question il faut voir ce qui se construit plus haut, à Contes et ailleurs. Nos problèmes de circulation viennent du fait que toute la vallée passe par le Drap. Et ils construisent tous. Ce ne sont pas les Drapois qui amènent le plus de trafic. Depuis l’ouverture de la ligne de bus 81 de Lignes d’Azur [et la liaison avec la Métropole] vers le lycée, nous avons beaucoup moins de problèmes de circulation : ils nous évitent environ 300 voitures parentales d’élèves qui viennent de Nice et de La Trinité . Il n’y a pas de bus depuis les autres communes de Paillons.

Le CCPP n’a-t-il jamais décidé de louer des autobus scolaires?

La CCPP n’a aucune compétence en matière de transport, c’est la Région. Mais avions-nous discuté de devenir compétent? Non. Personne n’a bougé.

Mais maintenant, tout cela n’a pas été pris en considération et tant que nous n’aurons pas résolu le problème de circulation, nous étoufferons la vallée. Le tram est une solution, mais pas seulement. La SNCF doit augmenter le nombre de trains et les gens doivent apprendre à utiliser les transports en commun.

Drap est une grande ville (5 000 habitants), avec un petit centre, peu de commerces et peu de verdure. On a l’impression que c’est un peu l’avenue de la vallée…

Nous travaillons sur un réaménagement du Drap pour 2040, pour impliquer les commerçants. Nous avons un axe central de passage et aujourd’hui beaucoup de gens s’arrêtent dans notre ville, car nous avons des commerces attractifs. Dans le cadre de l’embellissement à venir, nous mettrons les zones bleues, avec 1h30 de libre pour favoriser les commerces. Et vous avez manqué le projet de planter un millier d’arbres dans notre ville. Nous en avons planté dans le cimetière, dans notre nouvel espace sportif… Et de chaque côté du village il y a de la verdure.

Ses 3 priorités

Des études sont en cours pour Drap 2040. Ceci pourrez vous intéresser : A Bordeaux Métropole, Kéolis s’affirme comme un acteur majeur du transport public.

Les travaux ont commencé et devraient s’achever le 17 décembre. S’il n’y a pas de problème, le déménagement peut se faire pendant les vacances de Noël.

Ce n’est pas trop petit, mais nous anticipons le problème qui peut survenir.

Strasbourg : transports en commun gratuits le samedi 25 juin, grève tout le week-end
Sur le même sujet :
Le 25 juin 2022, le réseau tram et bus sera gratuit, la…

Sa plus grande déception

C’est de ne pas avoir pu monter une vraie maison de repos et de ne pas avoir pu monter un médecin à La Condamine. Jusqu’à récemment, nous n’avions qu’un seul médecin sur Drap, pour 5 000 habitants ! Pendant un mois, une seconde s’est stabilisée

Mais nous avons tout fait pour les attirer, nous avons les conditions, nous avons fait des recherches et nous n’avons pas réussi. A voir aussi : Montpellier Métropole : Coupe du monde de pétanque et événements sportifs en tram.

Lyon : nouvelle ligne de bus reliant Vaise et Vénissieux au parc de Miribel Jonage
A voir aussi :
Bus sur la ligne N82 reliant la gare de Vaise au Grans…

Sa plus grande satisfaction

Nous avons anticipé cette canicule : toutes nos écoles sont équipées de climatiseurs. Ceci pourrez vous intéresser : Keolis garde le contrôle des transports publics métropolitains. Nos professeurs et nos enfants ne souffrent pas de la chaleur.

Côté finances, on a fait du chemin et aujourd’hui on peut avoir des projets. Nous avons lancé un investissement de deux millions d’euros cette année.

Saint-Léger-les-Vignes. Le service Covoit'tan sera mis en place en septembre
Voir l’article :
Ce budget est composé notamment de la politique du Logement et de…