Pouvoir d’achat : 5 mesures de soutien discrètement votées par le Parlement

(Photos : © Superzoom – stock.adobe.com)

1.Le plafond de remboursement des frais de carburant double

Actuellement, le plafond de remboursement des frais de carburant engagés pour se rendre au travail était de 200 euros. Le seuil, qui a été doublé pour 2022 et 2023, et donc exonéré d’impôt sur le revenu à 400 euros. En incluant d’autres dépenses similaires, les dépenses couvertes peuvent désormais atteindre 700 euros au lieu de 500 euros (dont le carburant jusqu’à 400 euros).

De plus, en 2022 et 2023, les salariés peuvent encore cumuler la moitié de l’abonnement aux transports en commun avec les frais de carburant. A voir aussi : Grève des transports : les applications essentielles à connaître. Jusqu’alors, cette accumulation n’était pas possible.

Ceci pourrez vous intéresser :
Le débat sur les transports en commun dans la métropole marseillaise dure…

2. Les frais de déplacement en covoiturage déductibles

Alors que le dortoir s’est avéré être une solution écologiquement significative, c’était économiquement différent. Jusque-là, les salariés qui choisissaient de faire du covoiturage pour se rendre au travail perdaient la possibilité de déduire les indemnités kilométriques. Voir l’article : Est-ce rentable chauffeur Uber ?. Grâce au budget de correction, il est désormais possible de déduire les frais liés au véhicule partagé des frais réels.

Bon à savoir : les bénévoles des associations peuvent également déduire leurs frais de déplacement dans la même mesure que les salariés de l’entreprise, plus favorablement que la règle actuelle.

Voir l’article :
Où investir en 2023 immobilier ? SCPI. Les SCPI (sociétés d’investissement immobilier)…

3. Utiliser l’huile de friture comme carburant

La légalisation de l’utilisation de l’huile de cuisson usagée comme combustible n’a certainement pas été adoptée. Voir l’article : Vente de pièces automobiles : un business lucratif au Sénégal. Pourtant, la voie est ouverte : le gouvernement doit remettre un rapport sur ce sujet au parlement d’ici le 1er janvier 2023.

Cette solution pourrait vraiment alléger le budget de certains Français qui vont à la pompe. Cependant, pour en profiter, il faut équiper un véhicule diesel, les voitures à essence ne pouvant pas équiper leur moteur d’huile alimentaire végétale ou animale. Aussi, l’huile ne peut pas être utilisée brute, mais doit être décantée et filtrée et mélangée jusqu’à 30% d’huile pour 70% de gasoil.

« En France, nous n’avons pas d’huile, mais nous avons de l’huile de friture », explique Julien Bayou, directeur d’Europe Ecologie-Les Verts. En plus de pouvoir réduire sa dépendance aux énergies fossiles extraites de l’autre bout du monde, la France pourrait ainsi réduire ses émissions de gaz à effet de serre. En effet, l’huile usée déplace 90 % moins que le carburant diesel ordinaire.

Lire aussi : Pouvoir d’achat : l’allocation de rentrée va-t-elle être augmentée ?

Voir l’article :
GRÈVE DU 10 NOVEMBRE. Une « journée noire » est attendue dans le trafic,…

4. Le forfait mobilité durable augmente

L’employeur peut proposer un forfait mobilité durable à ses salariés qui viennent travailler en covoiturage ou en utilisant un moyen de transport respectueux de l’environnement (vélo, scooter, etc.). Au lieu du plafond d’exonération de 600 euros, ce forfait mobilité durable passe à 800 euros si l’employeur prend également en charge l’abonnement au service de transport en commun.

5. Vers une revalorisation des tickets resto et des indemnités repas ?

En distribuant des titres restaurant à leurs salariés, les employeurs bénéficient d’une défiscalisation. A la suite du vote parlementaire, il sera porté à 5,92 euros, ce qui permet à la valeur maximale d’un ticket restaurant de passer de 11,38 euros à 11,84 euros. L’objectif est d’inciter les employeurs à augmenter ce montant sans avoir à supporter une charge financière supplémentaire.

Le plafond de l’indemnité de repas augmentera de 4 % du 1er septembre au 31 décembre 2022. L’objectif est là encore de contrôler ou au moins de limiter l’impact de l’inflation sur le portefeuille français.

Oui, toute absence, quelle qu’en soit la raison, réduira le nombre de jours de RTT. En effet, l’acquisition de journées RTT est liée à la réalisation effective de plus de 35 heures de travail hebdomadaire (hors heures supplémentaires).

Quand Perd-on ses congés ?

Cela n’est possible qu’avec l’accord de l’employeur et du salarié. S’il n’y a pas d’accord ou de pratique dans l’entreprise qui prévoit le report de ces jours, l’employeur n’est pas obligé d’accepter la demande de report des vacances. S’il n’est pas possible de reporter les vacances, les jours non utilisés ne seront pas perdus.

Vous perdez des jours d’arrêt maladie ? Sauf stipulations contractuelles plus favorables, un salarié qui tombe malade pendant un congé payé ne peut demander un report ou une prolongation du congé. Les jours acquis seront donc perdus.

Quelles sont les incidences de la maladie sur les congés payés ?

Quel est l’effet d’un arrêt maladie sur le droit au congé payé ? L’absence du travail pour cause de maladie (non officielle) ne donne pas droit à un congé payé, sauf stipulation contraire dans la convention. En revanche, l’employeur ne peut pas déduire les jours d’absence du travail pour cause de maladie du congé annuel.

Quelle est la date limite pour prendre ses congés payés n-1 ?

Travaillez-vous dans le secteur privé ? Si vous avez encore des vacances accumulées pour la période du 1er juin 2020 au 31 mai 2021, elles doivent être prises avant le 31 mai 2022. Si vous souhaitez les reporter, cela est possible, mais uniquement en accord avec l’employeur.

Est-ce qu’on perd ses congés payés ?

Les congés payés acquis ne seront pas perdus. L’employeur doit accorder un nouveau congé au salarié, soit pendant la période de congé en cours dans l’entreprise, soit après.

Comment calculer RTT en 2021 ?

Concrètement, pour 2021 : RTT 2021 = 365 jours (nombre de jours en 2021) – 218 (jours forfaitaires) – 104 (pas de travail le samedi et le dimanche) – 7 (vacances du lundi au vendredi) – 25 (5 semaines rémunérées) . vacances) = 11. Êtes-vous un PDG avec un forfait journalier ? En 2021, vous bénéficierez de 11 RTT.

Comment calculer le RTT en 2022 ? Cela donne donc le calcul suivant : 365 â 218 â 105 â 25 â 7 = 10 jours en 2022. Le nombre de jours RTT pour un forfait journée est fixé à 10 en 2022.

Comment calculer les RTT sur 39h ?

Si un salarié travaille 35 heures par semaine, il ne bénéficie pas des jours de RTT. Si son temps de travail effectif est de 39 heures par semaine, il bénéficie de 4 heures de RTT par semaine, soit une demi-journée de RTT.

Comment sont calculés les jours de RTT ?

Travaillant 40 heures par semaine, cet employé travaille 40/5 = 8 heures par jour. Il peut alors profiter de 229/8 = 28,6 jours de RTT. Ce résultat est arrondi à 28,5 (28 journées complètes et demi-journées).

Comment calculer RTT 35h ?

Exemple de calcul du RTT en méthode réelle Un salarié travaille 37 heures par semaine au lieu de 35 heures. Il bénéficie donc de 37h – 35h = 2h de RTT par semaine. Après un mois de travail, il cumule une journée de RTT (8 heures).

Comment ne pas perdre ses RTT ?

Les salariés titulaires d’un ticket journée peuvent renoncer à une partie de leurs congés et donc demander le rachat de leurs jours de RTT dans les conditions suivantes : La conversion en argent des jours de congés nécessite un accord écrit entre l’employeur et le salarié. Cet accord doit être renouvelé annuellement.

La RTT n’est pas facturée ? Si votre employeur est volontaire et uniquement à cette condition, il peut vous rémunérer les jours de RTT non rémunérés. Il n’y a pas d’impôt sur le revenu pour le salarié, aucune cotisation n’est versée au patron, mais il y a un plafond. Le paiement est limité à 7 500 euros par an. Toutes les entreprises sont concernées.

Quand expire les RTT ?

Les salariés peuvent prendre des journées complètes de RTT ou des demi-journées de RTT. Les jours non programmés au 31 décembre seront perdus, sauf si le salarié dispose d’un compte épargne temps.

Comment gérer les RTT ?

Du point de vue de la direction de RTT, l’attitude clé du manager est d’assurer la continuité du travail pendant l’absence du travail. L’approche du gestionnaire est très similaire à celle recommandée pour les congés payés, sauf que les périodes d’absence sont moins prévisibles.