Coronavirus : Les transports en commun restent limités en Île-de-France, les usagers s’inquiètent

L’offre reste réduite sur certaines lignes de métro, RER et Transiliens, considérées comme moins fréquentes. [©Ludovic MARIN / AFP]

Publié le

13.10.2021 à 12:59 –

Actualisé

13.10.2021 à 12:59

«Un petit plus d’attente sur le quai»

C’est une mauvaise nouvelle pour les usagers des transports en commun de la région Ile-de-France. Voir l’article : Sondage : retour du masque obligatoire dans les transports, pour ou contre ?. L’offre du réseau Île-de-France Mobilités restera réduite « jusqu’à ce que la fréquentation revienne à un niveau supérieur », explique-t-on dans Île-de-France Mobilités (IDFM) ce mercredi 13 octobre.

« Aujourd’hui on est encore entre 75 et 76 % du niveau d’utilisation des transports en 2019 », observe l’organisme organisant les transports en commun d’Île-de-France, qui explique donc que « l’idée, où on voit qu’il y a vraiment moins personnes, est de réduire peu l’offre pour environ 3% de l’offre totale. »

Pourtant, « les transports continuent de très bien fonctionner », promet IDFM. Et de souligner qu’un certain nombre de lignes – donc les plus fréquentées – ont restitué 100 % de leur approvisionnement avant la crise. C’est notamment le cas des lignes 7, 9 et 13 du métro, mais aussi des lignes A et B du RER, et enfin des lignes J, K, L, P et R du Transilien.

Il n’y a donc aucune raison de s’inquiéter puisque la baisse de 3% du trafic signifie « qu’au quotidien dans le métro il faut attendre un peu plus longtemps sur le quai du métro », veut rassurer l’IDFM.

Une réalité que contestent certains utilisateurs, qui estiment attendre vraiment plus longtemps sur la plateforme. A ce sujet, IDFM assure que si des temps d’attente étonnamment longs sont observés de temps à autre, cela ne peut pas être attribué aux seules réductions d’offre, mais à des « problèmes opérationnels », comme ils peuvent l’être habituellement.

Il y a quelques jours, la Fédération des usagers des transports (FNAUT Île-de-France) faisait part de son inquiétude, face à l’offre de transports qui reste réduite en cette rentrée 2021. Beaucoup de monde dans votre métro ? C’est peut-être parce que votre ligne a un service réduit », a-t-elle protesté.

Le service reste également réduit jusqu’à nouvel ordre sur certaines lignes RER/Transilien. Par ailleurs, plus de 150 dessertes de bus RATP sont maintenues pendant l’horaire des « petites vacances scolaires » pic.twitter.com/1CCdB1edPD

— AUT FNAUT IdF (@Asso_usagersidf) 12 octobre 2021

Nouveaux pontons pour la rivière Calypso
Sur le même sujet :
La carte, rechargée une fois, au prix de 5€, est valable 5…

Un niveau de fréquentation à 90 % en 2022 ?

La FNAUT a divulgué séparément un résumé des ajustements de l’offre en pourcentage de l’offre totale de trafic. Selon ce tableau, si les lignes 7, 9 et 13 ont retrouvé des niveaux d’avant la crise sanitaire, tout comme les RER A et B, certaines lignes – comme la ligne 12 – n’ont atteint que 76 % aux heures de pointe. ses niveaux d’enchères pré-Covid

Cet été, Catherine Guillouard, directrice générale de la RATP, a affirmé que l’usage normal des transports en commun en Ile-de-France ne devrait pas revenir à la normale « avant encore deux ou trois ans ». La baisse de fréquentation est liée à la crise sanitaire, mais surtout, selon lui, à « trois variables très importantes » pour la direction parisienne. Ceci pourrez vous intéresser : Livre : livraison gratuite, au-delà des idées reçues.

Lire aussi :
Est-ce que le bus scolaire est gratuit ? Quel est le coût…