Michel Seyt (Réunir) : « Le contexte actuel redonne de l’intérêt aux déplacements en bus »

l’interview de Michel Seyt, président du groupement d’autocaristes Réunir

l'interview de Michel Seyt, président du groupement d’autocaristes Réunir

Du mercredi 29 juin au vendredi 1er juillet 2022, le réseau d’autocaristes Réunir organisait son rassemblement annuel, le Congrès de l’Avenir Réunir. Cet évènement s’est tenu en pays béarnais, à Pau, rassemblant plus de 150 participants. Le président du réseau, Michel Seyt, revient avec nous sur les points qui ont alimenté les discussions et évoque ses rêves, y compris les plus fous.

Michel Seyt s’adresse aux 130 membres de Réunir (© Réunir) Lire aussi : Toulouse. Horaires allongés, embouteillages… Tisséo ajuste les transports en commun jusqu’au 14 juillet.

TourMaG.com : La question du recrutement des personnels, et notamment des pilotes coachs, a-t-elle changé depuis votre congrès à Dinard l’an dernier ?

Le thème général du congrès était « Tous Paussibles ! parce que nous cherchons, en tant que chefs d’entreprise, à nous concentrer sur des solutions au-delà de l’observation. Nous rencontrons une double difficulté dans un contexte de recrutement problématique et de cadres conventionnels contraignants. &#xD ;

La solution réside, en partie, dans la refonte de notre modèle social.

TourMaG.com : C’est donc un travail de longue haleine ?

Alors que de nombreux chauffeurs adoptent – ​​et pour certains qui en sont satisfaits – un modèle où ils ne travaillent que quelques heures le matin et le soir, de plus en plus de jeunes qui souhaitent faire ce travail recherchent un travail à temps partiel. . &#xD ;

Les contrats avec les collectivités locales, basés sur la rémunération du temps passé au CPS (contrats à durée déterminée) ne répondent pas à cette attente. Tout est à remettre en place.

TourMaG.com : Avez-vous une oreille attentive pour la Région qui a financé ce contrat ?

Cela suffirait à ajouter au transport des activités parascolaires et à tous les autres déplacements d’étudiants et de groupes d’étudiants pour générer le volume d’affaires qui permettrait une rémunération des chauffeurs à temps plein. &#xD ;

Nous avons également pu organiser le circuit de collecte différemment, sans être trop technique, en séparant le collège du lycée… Le Responsable Régional des Transports était conscient de notre situation et semblait prêt à apporter une solution. Il suffit de savoir qu’on va perdre 8 000 chauffeurs d’autobus à la rentrée prochaine et qu’on ne sait pas encore comment transporter entre 300 000 et 400 000 élèves. &#xD ;

L’urgence se fait sentir, mais nous n’avons pas ressenti une réelle volonté de redéfinir les contrats de transports publics scolaires, si complexes. Cependant, nous devons y arriver.

Lire aussi :
Les transports en commun seront gratuits le vendredi 12 août 2022 à…

« Clairement l’activité transport occasionnel et touristique a bien repris »

La reprise des visites groupées en autocars est une bonne nouvelle (© DR) Ceci pourrez vous intéresser : Covid-19 : bientôt de retour du port du masque dans les transports ?.

TourMaG : Le tourisme en autocar a été une grande victime de la pandémie de Covid, peut-on dire que le pire est passé et que l’activité a redémarré ?

Il nous manque clairement le chauffeur Grand Tourisme, mais le phénomène est plus marginal que dans les transports réguliers et les transports scolaires. Tous les cars sont en route et l’envie de voyager est très sensible.

TourMaG : Peut-on parler d’une évolution de la demande de voyages et d’une baisse plus prononcée du marché intérieur et des régions clés de la France ?

On se rapproche du niveau d’activité de 2019, l’année de référence, et j’espère l’atteindre.

Réseau Optymo gratuit lors d'événements de pollution
Ceci pourrez vous intéresser :
Le syndicat des transports en commun du Territoire de Belfort, qui gère…

« Soyons clairs c’est une vision de BoBo qui idéalise le transport »

L’accès au centre-ville devient de plus en plus complexe (©Bvahela)

TourMaG : Cependant, la ville continue d’accuser les autocars et multiplie les restrictions d’accès au centre-ville. Lire aussi : Allemagne : tous les transports en commun à 9 euros par mois cet été. Comment fais-tu ?

Je pense toujours que c’est un non-sens environnemental car un car remplace 30 véhicules individuels et c’est certainement un bon moyen de lutter contre la pollution urbaine.

Lire aussi : Alexandre Delvallez (Reunir) : « Nous voulons être pleinement connectés à l’industrie du tourisme »

C’est une connerie sociale, car cela vous prive d’un accès facile aux sites touristiques de centaines de milliers de touristes qui ne peuvent pas ou ne veulent pas prendre de véhicules privés ou de transports en commun.

TourMaG : Y a-t-il un moyen de débloquer la situation ?

J’aurai tendance à être dur avec les élus que j’accuse d’une certaine ségrégation sociale.

6 conseils pour des vacances vertes à la plage
Sur le même sujet :
Ce n’est pas une période facile pour les amoureux de la plage.…

Le congrès marquait une première étape après la nouvelle orientation prise par Réunir

Un congrès à Pau a décidé de trouver une solution (©Réunir

TourMaG : Pour en revenir au récent congrès Réunir à Pau, quels éléments p(au)positifs en avez-vous retirés ?

Alain-Jean Berthelet a pris du recul après plus de vingt ans à la présidence et la nouvelle équipe formée autour de moi a pour objectif de lier les piliers historiques de notre association à une nouvelle génération de jeunes entrepreneurs. &#xD ;

Cette feuille de route a été co-écrite avec le nouveau directeur général, Alexandre Delvallez, jeune recrue Réunir qui s’est imposé à la tête de Saybus par la filiale Réunir et qui communique tout son dynamisme au personnel. Nous voulons apporter de vraies solutions aux PME qui ont besoin d’échanger et de bénéficier de services communs.

TourMaG : Quelles pistes vont vous mobiliser ?

Le deuxième sujet principal est l’assurance. L’adhésion à Réunir est subordonnée au fait que l’ensemble de la flotte est couverte par Réunir Assurance. &#xD ;

Un nouvel appel d’offres a été lancé auprès des courtiers pour proposer des tarifs plus avantageux pour la rentrée. Nous travaillons également sur une pratique d’achat d’équipement partagé pour donner plus de flexibilité aux membres.

Le monde des PME autocaristes est un interlocuteur à prendre en compte par les autres acteurs du tourisme.

Alexandre Delvallez, jeune directeur général d’une association mobile (© Réunir)

TourMaG : Quel rôle avez-vous confié à Saybus by Réunir, la filiale commerciale de l’association ?

Saybus by Réunir est encore jeune, seulement trois ans, mais ses filiales ont déjà montré leur efficacité. L’arrivée d’Alexandre, qui sait s’entourer d’une jeune équipe très dynamique, impose son activité à tous ceux qui en doutent. &#xD ;

Aujourd’hui Saybus est une plateforme d’apport d’entreprises qui a la particularité de pouvoir répondre à des demandes complexes, notamment pour les grands rassemblements nationaux qui nécessitent une logistique importante et un grand nombre de véhicules. &#xD ;

C’est une sorte de marque de fabrique. Ils l’ont très bien fait et ils l’ont fait dans une telle ambiance que ça a conquis tout le monde, véhiculant une image beaucoup plus dynamique.

TourMaG : Vous participerez en tant que Reunir à l’événement IFTM Top Resa, en plus d’être à nos côtés pour l’enregistrement, est-ce aussi le signe de votre intérêt pour le tourisme, au-delà des transports habituels ?&#xD ;

Nous sommes en ordre de marche ! Plusieurs de nos membres ont des activités de production touristique et d’autres peuvent devenir des partenaires de transport.

TourMag : Dans un monde idéal, si nous rêvons d’un changement positif dans les mois ou les années à venir, qu’attendez-vous de votre interlocuteur ?

Nous manquons cruellement de visibilité et il vaudrait mieux que l’autorité organisatrice des transports (AOT), c’est-à-dire les Régions, nous écoute, nous apporte plus de visibilité et un volume d’activité qui nous rassure, surtout compte tenu de l’énorme investissement que cela implique de la part de notre. &#xD ;

Si j’avais un autre souhait pour notre association, elle serait plus ouverte aux jeunes PME, trop souvent isolées. &#xD ;

Ne pas se sentir seul dans un environnement de plus en plus anxiogène est un atout précieux. Notre objectif est de leur offrir un lieu de rencontre et de partage. Nous venons d’accueillir 5 nouvelles entreprises et je voudrais à la fin de mon mandat pouvoir dire que j’ai élargi le cercle.

Tous les commentaires offensants, abusifs ou diffamatoires seront immédiatement supprimés par les modérateurs. Signaler un abus