Pouvoir d’achat : il n’y a toujours pas de mesures ciblées pour les salariés les plus bourgeois

Le rabais de 18 cents le litre de carburant passera à 30 cents à la rentrée. Il est le fruit d’un compromis à l’Assemblée nationale entre la majorité et le groupe républicain. Le gouvernement, qui voulait une allocation de carburant plus spécifique pour les travailleurs à faible revenu, a dû s’inquiéter. Il a reporté cette mesure, jugée indispensable par les organisations environnementales, qui ont dénoncé une nouvelle subvention « injuste et inefficace » aux énergies fossiles.

L’allocation de carburant ciblée pour les travailleurs à faible revenu est finalement reportée. Le gouvernement voulait mettre fin au rabais général à la pompe et le remplacer à l’automne par une mesure plus spécifique. Mais il a dû réviser sa copie pour trouver un compromis avec le groupe Les Républicains à l’Assemblée, qui réclamait le gel du prix du carburant à 1,50 euro le litre. La remise de 18 cents le litre actuellement en vigueur passera à 30 cents d’ici le 1er septembre. Il sera ensuite abaissé à 10 centimes en novembre et décembre. A cela s’ajoute une remise de 20 centimes annoncée la semaine dernière par Total Energies. & # xD;

« Plutôt que d’augmenter et d’orienter l’aide au carburant vers les familles modestes et les classes moyennes qui en ont bien besoin, le gouvernement et les Républicains préfèrent subventionner les énergies fossiles pour les très riches. C’est une double injustice, sociale et environnementale », dénonce Pierre Leflaive , responsable des transports au Climate Action Network. « Sur les 20 milliards d’euros prévus pour le paquet pouvoir d’achat, près d’un quart sera donc brûlé pour des aides socialement inefficaces et écologiquement néfastes », ajoute-t-il. & # xD;

Mécaniquement, les personnes les plus aisées profitent donc deux fois plus de la mesure

Selon une étude du Centre d’analyse économique (CAE), publiée le 21 juillet, ce sont les familles les plus aisées qui bénéficient en priorité de ce coup de pouce à la pompe. « Le premier constat que l’on peut faire sur la consommation de carburant, c’est que ce sont les plus riches qui consomment le plus », explique le CAE. A voir aussi : Le CRITUC soutient le transport en commun à faibles émissions à Brampton et Burlington. Les 10 % de Français aux revenus les plus élevés ont donc consommé plus de 200 euros d’essence en juin 2022, contre un peu plus de 100 euros des 10 % aux revenus les plus faibles. Mécaniquement, les personnes les plus aisées bénéficient donc du double de la mesure. & # xD;

La subvention accordée par le gouvernement à l’essence, qui peut atteindre jusqu’à 18 centimes le litre, était « d’environ 18,5 euros » en un mois pour les familles les plus aisées, celles du dernier décile, soit les 10% les plus riches. Au contraire, il était de 9,5 euros pour ceux du premier décile. « Ces données confirment donc l’intuition que la baisse de prix de 18 centimes sur le prix à la pompe est régressive », concluent les auteurs de l’étude. & # xD;

Stationnement des vélos dans les gares d'Île-de-France : des milliers de nouvelles places bientôt disponibles
Voir l’article :
Île-de-France Mobilités (IDFM) vote ce mardi un plan pour équiper 12 stations…

« Scandale climatique et social »

Pour Anne Bringault, coordinatrice du programme du Réseau Action Climat, il s’agit « d’un scandale climatique et social ». Il estime qu’il faut au contraire mettre en place « des aides renforcées à l’achat de carburant pour les familles à faible revenu qui utilisent beaucoup la voiture pour leur travail, car l’impact sur le budget est fort et elles ne « n’ont pas accès à des alternatives ». Voir l’article : Groupe de travail « Pays exemplaire » | Ministères Ecologie Energie Territoires.

SCANDALE CLIMATIQUE ET SOCIAL Financer les énergies fossiles par la solidarité nationale pour les plus riches Après canicules et incendies Inutile ET nocif ! 1/2 #PLFR #clima https://t.co/B0AuDBrlZP

— Anne Bringault (@AnneBringault) 21 juillet 2022

Ainsi, le CAE a identifié des familles particulièrement dépendantes de l’essence (plus de 8 % de leur consommation totale) et contraintes financièrement (revenus inférieurs à la médiane), qui, face à la hausse du prix de l’essence, ne baissent pas leur consommation mais « la d’autres postes de consommation semblent réguler. » « Il s’agit plus souvent de ménages ruraux, puis périurbains et enfin moins souvent urbains ; de populations plus jeunes ; d’actifs de catégories socioprofessionnelles et de détenteurs de revenus et d’actifs financiers inférieurs à la moyenne », précise le & # xD ;

« Cette crise doit nous pousser à limiter notre dépendance au pétrole à court terme : faciliter le télétravail, accélérer le déploiement des infrastructures cyclables, financer et communiquer sur le covoiturage quotidien, les transports en commun, réduire la vitesse sur les autoroutes, encourager les véhicules électriques légers et bon marché. » , énumère Aurélien Bigo, chercheur sur la transition énergétique des transports, qui rappelle que la priorité doit donc être de financer les alternatives. Et de lancer : « Combien de temps on fait encore l’autruche ? »

Prix ​​du carburant à 2 euros, loi du pouvoir d’achat, canicule, feux de forêt, risque de pénurie…

Mais rien dans les débats sur le vélo, le covoiturage, les véhicules légers, le 110 km/h, les transports en commun, la réduction des transports aériens…

Combien de temps irons-nous à l’autruche ?

— Aurélien Bigo (@AurelienBigo) 25 juillet 2022

Le 25 janvier 1988, Jacques Chirac engage Édouard Balladur, ministre de l’Économie, des Finances et de la Privatisation, par intérim.

Et si on taxait les super profits pour améliorer notre force de vie ?
A voir aussi :
Et si on taxait les super profits pour améliorer notre force de…

Quels sont les ministres de la 5e République ?

Les ministres de la Ve République Ceci pourrez vous intéresser : Covid-19 : les masques sont de retour dans les transports en commun, mais toujours pas obligatoires.

  • Christophe CASTANER. Ministre de l’Intérieur d’octobre 2018 à juillet 2020.
  • Gérard COLLOMB. Ministre de l’Intérieur de mai 2017 à octobre 2018.
  • Matthias FEKL. Ministre de l’Intérieur de mars 2017 à mai 2017.
  • Bruno LEROUX. …
  • Bernard CAZENEUVA. …
  • Manuel Valli. …
  • Claude GUANT. …
  • Brice HORTEFEUX.

Qui étaient les ministres de Chirac ?

Taxe sur les "super bénéfices" des grandes entreprises : "Ce n'est pas décidé par le conseil d'administration
A voir aussi :
« Si ce gouvernement veut la justice sociale, il devrait commencer par exiger…

Qui est le ministre des Finances et du Budget ?

M. Abdoulaye Daouda Diallo démontre la capacité de l’école sénégalaise à produire des élites « endogènes », tant l’homme surprend par sa longévité administrative au service de la nation.

Qui est le ministre de la Santé en mai 2022 ? Brigitte Bourguignon a été nommée ministre de la Santé et de la Prévention le 20 mai 2022.

Quel est le ministre des Finances ?

Ministre chargé de l’économie et des finances Par décret du 20 mai 2022 portant composition du Gouvernement, Bruno Le Maire a été nommé ministre de l’économie, des finances et de la souveraineté industrielle et numérique.

Qui est le ministre des Finances 2022 ?

Depuis le 20 mai 2022, dans le gouvernement du Borne, Bruno Le Maire (LaREM) est ministre de l’Économie et des Finances, et de la Souveraineté industrielle et numérique.

Qui est ministère de l’Intérieur France ?

L’actuel ministre de l’Intérieur est Gérald Darmanin, en poste depuis le 6 juillet 2020.

Qui est le ministre de l’Intérieur 2022 ? Gérald DARMANIN, ministre de l’Intérieur et de l’Outre-mer ; M

Qui est ministre de l’Intérieur en 2021 ?

Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur : « Je me sens ministre de la Corse »